Honorés par l'AAAS

Les professeurs Yves Gingras et Changhui Peng sont élus Fellows de l'Association américaine pour l'avancement de la science.

22 Novembre 2017 à 16H32

Les professeurs Yves Gingras, du Département d'histoire, et Changhui Peng, du Département des sciences biologiques, comptent parmi les cinq chercheurs canadiens qui, récemment, ont été élus Fellows de la prestigieuse Association américaine pour l'avancement de la science (AAAS). Ce titre est accordé à des chercheurs pour leur contribution au développement de la science et de la technologie, pour leur leadership scientifique et pour leurs réalisations dans différentes disciplines. Fondée en 1848 aux États-Unis, l'AAAS  est l'une des plus anciennes et des plus importantes fédérations d'organisations scientifiques dans le monde avec plus de 275 organismes affiliés. Elle est notamment éditrice de la célèbre revue Science.

Yves Gingras. Photo: Émilie Tournevache

Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire et sociologie des sciences,  Yves Gingras a cofondé, en 1997, l’Observatoire des sciences et des technologies. Il a aussi dirigé le Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie (CIRST).  À plusieurs occasions, il a été professeur invité en France, notamment au CNRS, à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et à l’Université Louis-Pasteur.

Chercheur prolifique, Yves Gingras est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont L'impossible dialogue. Sciences et religions (Boréal, 2016), Les dérives de l’évaluation de la recherche. Du bon usage de la bibliométrie (Raisons d’agir, 2014) et Sociologie des sciences (PUF, 2013, coll. «Que sais-je?). Il a aussi à son actif près d’une dizaine de monographies en tant qu’auteur, coauteur ou éditeur, une centaine d’articles et près de 200 conférences. Communicateur et vulgarisateur  reconnu, il tient une chronique, depuis 1997, à l'émission scientifique Les années lumière, diffusée sur les ondes de la radio de Radio-Canada. Le professeur a remporté plusieurs prix pour l’excellence de son travail, dont le Ivan Slade Prize, en 2001, qui couronne la meilleure contribution critique en histoire des sciences, le prix Gérard-Parizeau, en 2005, en reconnaissance de son œuvre exceptionnelle et de son engagement social dans le champ de l’histoire des sciences, et le prix Jacques-Rousseau de l'ACFAS, en 2007.

Changhui Peng.

Détenteur  d'un doctorat en écologie de l’Université Aix-Marseille III, Changhui Peng est membre de l’Institut des sciences de l’environnement (ISE), du Centre pour l'étude et la simulation du climat à l'échelle régionale (ESCER) et du Centre d'étude de la forêt (CEF).  Il a participé à l'élaboration d'un nouvel outil de visualisation des émissions de méthane (CH4) à l'échelle mondiale. Le méthane est le gaz à effet de serre qui contribue le plus au réchauffement climatique après le dioxyde de carbone (CO2). Depuis quelques années, Changhui Peng collabore avec des collègues chinois à des recherches sur les gaz à effet de serre et les changements climatiques en Chine. Il a publié des articles dans les prestigieuses revues Science, Proceedings of the National Academy of Science et Nature Climate Change. Il s'est notamment intéressé aux forêts tropicales du sud de la Chine, aux émissions de méthane des rizières et des lacs et aux bénéfices de la construction de milieux humides artificiels.

Changhui Peng est aussi l'auteur principal d'un article publié en 2011 sur le site web de la revue Nature Climate Change et intitulé «A drought-induced pervasive increase in tree mortality across Canada's boreal forests». Cet article démontrait les effets des changements climatiques sur le taux de mortalité des arbres de la forêt boréale canadienne, une première mondiale.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE