Consommation responsable et économie locale

Les citoyens voient d’un bon œil l’émergence des marchés écoresponsables.

22 Novembre 2018 à 13H43

L’Observatoire de la consommation responsable (OCR) a publié la 9e édition du Baromètre de la consommation responsable au Québec.

L’Observatoire de la consommation responsable (OCR) de l’ESG UQAM a publié la 9e édition de son Baromètre de la consommation responsable au Québec. Depuis sa création, en 2010, l’outil a pour objectif de décrypter et de mesurer à la fois les comportements qui s’ancrent dans les habitudes des Québécois et de suivre les nouvelles tendances de la consommation responsable.

La plupart des répondants ont une vision favorable du marché écoresponsable et croient qu’il a un impact positif sur l’économie locale. Quatre-vingt-un pour cent affirment que le marché écoresponsable est un secteur en pleine croissance, qu’il contribue positivement à l’économie du Québec (79%) et qu’il génère des emplois (77%).

Plus d’un consommateur sur deux (57,6%) a le sentiment de consommer de manière responsable. Les consommateurs se disant les plus responsables sont en majorité des Montréalais, et la plupart d’entre eux ont un niveau d’éducation secondaire et un revenu inférieur à 40 000 dollars. Au contraire, les plus jeunes (les 18-24 ans) et les femmes se considèrent moins responsables. «Il est intéressant de noter que l’évaluation des jeunes semble cohérente avec le niveau des comportements mesurés dans le Baromètre, explique Fabien Durif, directeur de l’OCR et vice-doyen à la recherche de l'ESG UQAM. Par contre, les femmes se jugent plus sévèrement que les hommes par rapport à la réalité.»

La pratique de la consommation responsable a beaucoup évolué depuis les huit dernières années. «Elle prend aujourd’hui des formes différentes, dont certaines sont très répandues, comme le recyclage (89% ont une pratique fréquente), remarque Fabien Durif. D’autres pratiques sont encore au stade de développement, comme le compostage (31% ont une pratique fréquente) ou en émergence, comme le transport durable (15% ont une pratique fréquente) ou la consommation collaborative – mutualisation (3% ont une pratique fréquente)».

Autres faits saillants de l'étude

Au top 5 des organisations les plus responsables depuis 2011, Cascades est toujours l’organisation perçue comme la plus responsable (6,5% de mentions spontanées).

Parmi les gestes perçus les plus importants pour réduire son empreinte carbone, conduire une voiture électrique arrive en tête pour 57% des répondants.

Plus de 95% des répondants se disent en accord avec le fait que la réduction des déchets devrait aujourd’hui concerner tous les citoyens. Les consommateurs pratiquent le «zéro déchet» via des actions proactives comme la consommation de produits en vrac (38%) et des actions d’évitement comme la diminution d’achats inutiles (71%). 

Les Québécois semblent apprécier la rénorécupération : parmi les répondants qui ont fait des travaux de rénovation/construction dans la dernière année, 30% ont utilisé des matériaux de seconde main (en majorité le bois et le mobilier). Ils sont surtout motivés par les économies réalisées grâce à la réutilisation de matériaux et par le désir de se différencier des autres.

Sur le plan du jardinage écoresponsable, il reste encore du chemin à faire: 78 % des répondants possèdent des espaces verts et des plantes vertes ou potagères, mais encore trop peu de citoyens achètent de semences locales ou utilisent des fertilisants verts.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE