Parcours lumineux

Des finissants et des diplômés participent à la seconde édition d'Illuminart.

19 Février 2018 à 14H46

Le projet Propolis sur la Promenade des artistes, dans le Quartier des spectacles.
Photo :Nathalie St-Pierre

La créativité uqamienne sera mise en valeur dans le cadre de l'événement Illuminart du festival Montréal en lumière, du 22 février au 4 mars prochain. Il s'agit de la seconde édition de l'événement, qui consiste en un parcours composé de 13 œuvres interactives, lumineuses et innovantes au sein du Quartier des spectacles.

Propolis

Une trentaine de finissants en médias interactifs de l'École des médias présentent Propolis, une installation ludique interactive inspirée du fonctionnement collectif des abeilles. «La proposition de départ consiste à vouloir sauver les abeilles de la pollution environnementale. Pour participer, les utilisateurs doivent se mobiliser et bouger comme les abeilles sur un plancher interactif afin de créer une substance naturelle aux propriétés dépolluantes», précise le chargé de cours de l'École des médias Jonathan Bonneau, qui a supervisé les étudiants en collaboration avec son collègue Danny Perreault.

Il y aura deux installations différentes, l'une sur la rue Émery, en face du nouveau pavillon de l'UQAM, et l'autre sur la Promenades des artistes, dans le Quartier des spectacles. Une projection sur la façade du pavillon Président-Kennedy transformera celui-ci en un énorme rucher. La projection évoluera en fonction des données véhiculées par le projet et de données environnementales, permettant au public de les visualiser en temps réel.

Lüminuĭts

Le studio La Camaraderie, fondé par la diplômée Albane Guy (D.E.S.S. design d'événements, 2011), présente également un projet. Les Lüminuĭts, ce sont Poltrön, Monsieur Pӑresseüx et la Princesse aux deüx humeȗrs, de timides créatures qui se cacheront sur la Place des festivals et qui ne sortiront de leur cachette que lorsqu'on les prendra en photo avec un flash.

Chimes

Après avoir présenté l'an dernier Instance, le collectif Blackbox, composé de six diplômés en communication/médias interactifs (Mathilde Joanny, Mathieu Désilets, Alexandre Lustigman, Jean-Claude Macena, Salim Lounis et Xavier Tremblay) propose cette année Chimes. «Le projet consiste en une trentaine de tubes de lumière et huit haut-parleurs qui s'animent aux moindres vacillements du carillon, explique Salim Lounis. Il suffit d'une rafale ou d'une interaction avec le public pour que toute l'atmosphère du lieu se transforme et qu'émergent de nouveaux motifs lumineux et sonores.» 

Le collectif Blackbox et la Camaraderie ont présenté leurs installations à la Fête des lumières de Lyon en décembre dernier. «Ce fut une belle expérience, car il y avait des visiteurs provenant de partout en Europe, raconte Salim Lounis. Mais je préfère le parcours montréalais pour son côté intimiste.»

La Grande nuée

À la Place des Arts, on pourra voir La Grande nuée, une interprétation poétique des mouvements migratoires. Près de 500 élèves des écoles Saint-Gabriel-Lalemant et Marguerite-Bourgeoys (CSDM) ont participé au projet, en collaboration avec l'artiste multidisciplinaire Judith Portier (B.A. design de l'environnement, 2007; DESS design d'événements, 2010), et Myriam Peixeiro (B.A. design de l'environnement, 2014; DESS design d'événements, 2015).

Un colloque à ne pas manquer

Rappelons que le colloque «I.A.rt: l'intelligence artificielle et les données au service de la création dans l'espace public» aura lieu le 22 février au pavillon Sherbrooke. Organisé par l'UQAM, le Partenariat du Quartier des spectacles, Montréal joue et Illuminart dans le cadre de Montréal en lumière, le colloque abordera quatre grandes thématiques: l'histoire de l'intelligence artificielle et des données; l'art de la visualisation des données; les créations collaboratives – la rencontre entre l'art, la création, la recherche et l'entreprenariat; et les défis de la création en intelligence artificielle.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE