Aide à l'emploi

Daphné Savard travaille pour un organisme qui accompagne les étudiants en situation de handicap dans leurs recherches d'emploi.

31 Mai 2018 à 16H51

L'étudiante Daphné Savard œuvre chez Horizon-Travail, un organisme qui accompagne les étudiants en situation de handicap dans leurs recherches d'emploi.
Photo :Nathalie St-Pierre

Les étudiants souffrant de déficience visuelle ou de trouble de santé mentale à la recherche d’un emploi peuvent bénéficier gratuitement des services de l’organisme Horizon-travail. «À l’approche de l’été, nous recevons beaucoup d’offres d’emplois pouvant intéresser les étudiants en situation de handicap», mentionne Daphné Savard, responsable des communications de l’OBNL et étudiante au baccalauréat en psychologie.

Agents en communication et philanthropie, agents en développement événementiel, organisateurs d’ateliers de défense des droits et agents d’intégration dans les cégeps sont quelques exemples de postes à combler par les employeurs actuellement. «Nos conseillers peuvent également accompagner les étudiants afin qu’ils trouvent un emploi dans leur domaine, précise Daphné Savard, qui travaille chez Horizon-travail depuis janvier dernier. Des outils pour intégrer et maintenir un emploi, concilier travail et études et adapter le poste de travail sont d’autres services offerts.»

Fondé en 1965, l’organisme montréalais est partenaire d’Emploi-Québec. Pour les personnes atteintes de limitations visuelles, ses services sont offerts aux gens de la grande région de Montréal. Pour la clientèle en santé mentale, les services sont réservés aux Montréalais, mais toute demande de l’extérieur de l’île est référée vers des organismes partenaires des autres régions.

Autonomie personnelle et professionnelle

Daphné Savard souffre d’achromatopsie – une pathologie du système visuel qui empêche de voir les couleurs – depuis sa naissance. L’achromatopsie congénitale est une maladie génétique rare qui touche environ une personne sur 50 000. 

Webmestre pour un site spécialisé dans l’actualité aéronautique et spatiale depuis 2012, elle a été embauchée comme responsable des communications chez Horizon-travail en janvier. «Je dispose d’une grande liberté dans mes deux emplois pour gérer les projets et les demandes, ce qui augmente mon autonomie personnelle et professionnelle, souligne l’étudiante, qui a complété sa première année au baccalauréat en psychologie. Savoir que je suis capable d’occuper un emploi me rassure sur mes compétences et ma place sur le marché du travail.»

Ce sentiment de compétence l’incite également à poursuivre son cursus universitaire. «J’aimerais être admise au doctorat afin de pratiquer la psychologie clinique, ce qui est mon rêve depuis mon enfance. La question de la santé psychologique au travail m’intéresse grandement.»

L’UQAM compte plus de 1500 étudiants en situation de handicap, soit près de 4 % de la population étudiante.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE