Regards croisés sur l'autisme

Une table ronde réunit des experts de l'UQAM et des membres d'une délégation ministérielle belge.

22 Novembre 2018 à 15H15, mis à jour le 23 Novembre 2018 à 9H30

Jean-Philippe Waaub, vice-doyen à la recherche de la Faculté des sciences humaines, Benoît Rutten, délégué général Wallonie-Bruxelles au Québec, Josée Lafond, doyenne de la Faculté des sciences humaines, Céline Frémault, ministre du gouvernement de la région de Bruxelles-Capitale. et Hubert Roisin, consul général de Belgique à Montréal.Photo: Caroline Déchelette

Le trouble du spectre de l’autisme (TSA) a fait l'objet d’échanges lors de la venue à l'UQAM d'une délégation ministérielle de la Région Bruxelles-Capitale, le 20 novembre dernier. Cette délégation était menée par Céline Frémault, ministre du gouvernement de la région de Bruxelles-Capitale chargée des Familles, des Personnes handicapées, de l’Action sociale et des Relations internationales, qui était accompagnée de Benoit Rutten, délégué général Wallonie-Bruxelles au Québec, et d Hubert Roisin, consul général de Belgique à Montréal.

Réunis autour du thème «Trouble du spectre de l’autisme: regards croisés Québec-Belgique», les membres de la délégation ont eu l'occasion d’échanger avec des chercheurs de l’UQAM œuvrant dans le champ du TSA. Des partenaires, impliqués dans l’offre de services publics (santé et services sociaux ainsi que milieux éducatifs), ont également participé aux discussions. «À l’UQAM, la psychologie, la neuropsychologie, la sociologie, le travail social, la pédagogie ainsi que l’éducation et la formation spécialisées sont des disciplines des sciences humaines et de l’éducation qui contribuent à l’avancement des connaissances dans le domaine», a souligné la doyenne de la Faculté des sciences humaines Josée  Lafond lors de l'ouverture de cette rencontre.

Cheminer vers l’inclusion

Animée par le professeur du Département de géographie Jean-Philippe Waaub, vice-doyen à la recherche de la Faculté des sciences humaines, la rencontre avait pour objectif de mieux comprendre les enjeux inhérents au soutien adapté offert aux personnes atteintes d’un TSA ainsi qu’à leur famille. Les discussions ont mis en relief les défis rencontrés dans le parcours de vie de ces personnes, notamment en ce qui concerne l’accès à une première évaluation et les transitions dans le cheminement scolaire jusqu’à l’insertion en emploi.

Les échanges ont aussi porté sur les modèles d’intégration et d’intervention, tels que l’approche comportementale intensive (ICI), les changements de paradigme en matière de prestation de services publics, lesquels placent la famille au cœur des pratiques d’accompagnement, et les difficultés liées aux listes d’attente.

Les professeures Nathalie Poirier et Isabelle Soulières (psychologie), Lucie Dumais (École de travail social), Hélène Poissant (éducation et pédagogie) et Céline Chatenoud (éducation et formation spécialisées) comptaient parmi les experts des Facultés des sciences humaines et des sciences de l’éducation ayant participé aux discussions. Le doctorant Zakaria Mestari, représentant le Laboratoire d'étude des pratiques comportementales en autisme de la professeure Mélina Rivard (psychologie) et la professeure associée Nadia Abouzeid, représentant la Chaire en déficience intellectuelle et troubles du comportement de la professeure Diane Morin (psychologie), étaient aussi présents. Nadia Abouzeid est également psychologue en chef du centre d'évaluation Voyez les choses à ma façon, qui offre des services aux personnes présentant un trouble du spectre de l'autisme ou une déficience intellectuelle ainsi qu'à leur famille.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE