Bonification du réseau d'écrans numériques

Le réseau d'écrans numériques de l'UQAM peut désormais servir à afficher des messages en cas d'urgence. 

19 Décembre 2018 à 13H48

Photo: Nathalie St-Pierre

Depuis cet automne, le réseau d'écrans numériques installés sur les deux campus de l'UQAM peut servir à communiquer à la communauté en période d'urgence. «Dans le cas d'un incendie, par exemple, nous pouvons désormais afficher des messages d'urgence pour aviser les usagers de la procédure d'évacuation en cours dans leur pavillon. Les messages sont adaptés à chaque pavillon selon la gravité et la proximité de la situation», souligne Normand Larocque. Le directeur du Service de la prévention et de la sécurité (SPS) de l'UQAM annonce que de nouveaux écrans numériques seront installés sur le campus au cours de l'année 2019.

Au cours de l'automne, le SPS de l'UQAM a distribué aux membres de la communauté universitaire un Guide des mesures d'urgence. Les principaux cas de figure s'y retrouvent, de l'urgence médicale au déversement de matières dangereuses, de l'incendie au tremblement de terre en passant par le colis suspect et l'individu armé sur le campus. «Ce guide vise à bien préparer les membres de la communauté universitaire à réagir lors de diverses situations d'urgence, en signalant rapidement les incidents et en respectant les consignes édictées pour chaque cas de figure», précise le directeur du SPS.

En poste depuis janvier dernier, Normand Larocque possède une expérience de plus de 20 ans à titre de gestionnaire en matière de prévention et de sécurité. «Notre objectif, rappelle-t-il, est de protéger la communauté de l'UQAM et nous déployons pour cela une panoplie de mesures que nous bonifions d'année en année.»

La Grande Secousse

En octobre dernier, le Service de la prévention et de la sécurité a participé pour la première fois à la Grande Secousse du Québec, une activité de sensibilisation aux comportements à adopter en cas de tremblement de terre. «Nous avons partagé les recommandations de l'organisme avec les participants qui sont venus nous rencontrer à notre stand dans le cadre de la Semaine de prévention des incendies», notait Madeleine Ouellet, alors conseillère en sécurité publique au SPS.

Au Département de géographie, trois professeurs ont organisé dans leur classe respective du DESS en gestion des risques majeurs un exercice et/ou une discussion sur la vulnérabilité sismique de Montréal. «Dans mon cours, cela tombait bien, car nous étions en visite au Centre de coordination d'urgence de la Direction régionale de la sécurité civile du Québec à Montréal, raconte le professeur associé et expert en sécurité civile Michel C. Doré. Les étudiants se sont prêtés à l'exercice de simulation qui avait lieu à 10 h 18 le 18 octobre.»

Rappelons que le professeur Michel C. Doré était l'instigateur d'une simulation de catastrophe à Berthier-sur-Mer, au printemps dernier, à laquelle avaient participé une trentaine de figurants, dont quelques étudiants du DESS en gestion des risques majeurs.

PARTAGER