En classe debout

Des tables à hauteur ajustable sont proposées aux étudiants en sciences de l'activité physique.

16 Mars 2018 à 14H09

Khaalid Hicks, Célia Kingsbury et Fidel Villacrés-Décarie apprécient le fait de pouvoir travailler debout. Photo: Nathalie St-Pierre

Des étudiants au baccalauréat d'intervention en activité physique peuvent désormais assister à leurs cours en position debout. Le Département des sciences de l'activité physique, en collaboration avec le Groupe de recherche en activité physique adaptée (GRAPA), a fait l'acquisition de deux tables à hauteur ajustable l'automne dernier.

Si ce type de mobilier commence à apparaître dans divers milieux de travail – notamment à l'UQAM –, il s’agit de la première salle de classe de l'Université à en être équipée. «Des écoles primaires ont remplacé les pupitres et chaises par des tables, mais, à ma connaissance, c'est une première dans une université», affirme Martin Lemay, directeur des programmes de premier cycle au Département des sciences de l'activité physique.

Les deux tables, dont la hauteur peut être modifiée à l'aide d’un petit moteur silencieux, se trouvent dans un laboratoire d'enseignement situé au 4e étage du pavillon des Sciences biologiques. Lors de la visite d'Actualités UQAM, trois étudiants au profil kinésiologie du baccalauréat d'intervention en activité physique travaillaient en équipe autour de la table. «Je me sens beaucoup mieux physiquement, ma posture est plus adéquate que lorsque je reste assise durant trois heures», mentionne l'étudiante Célia Kingsbury. «Rester debout m'aide à me concentrer et réduit la tension dans mes épaules», ajoute son collègue Fidel Villacrès-Décarie.

Attention et dépense énergétique

Une étude réalisée auprès d'élèves du primaire qui utilisent des bureaux debout démontre les bienfaits de la position debout en classe: augmentation de 12 % de la durée de l’attention et de 15 % du nombre de calories brulées. Selon cette étude publiée dans la revue International Journal of Health Promotion and Education, le nombre de calories brûlées augmente de 25 % chez les élèves obèses. «Si c’est bon pour les élèves du primaire, ce l’est certainement aussi pour des étudiants universitaires», dit Martin Lemay.

À l'inverse, rester assis trop longtemps comporte des risques énormes pour la santé. Une étude a démontré qu'une personne qui reste assise plus de huit heures par jour, sans faire d'activité physique, voit son risque de mortalité précoce augmenter de 70 % par rapport à celle qui reste assise moins de quatre heures et qui fait au moins 50 minutes d'activité physique par jour. «Nous n'obligeons pas nos étudiants à rester debout, mais nous voulons leur offrir cette option, souligne le professeur. Faire la promotion de la santé est l'une des missions du Département, et nous voulons montrer l'exemple.»

Depuis l’achat des tables, les étudiants les utilisent presque exclusivement en position élevée. «Nous nous attendions à ce qu'ils restent debout au maximum 30 minutes, mais certains étudiants restent debout durant tout le cours», mentionne le professeur, qui précise qu'aucune étude n'a démontré l'utilisation optimale, soit le ratio de temps passé assis et debout.

Devant le succès de cette initiative, la direction du Département souhaiterait doter d'autres salles de classe de tables ajustables.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE