Camp de jour numérique

Conception de balados, création d'histoire et cinéma interactif sont quelques-unes des activités offertes aux jeunes.

9 Août 2018 à 16H14

Conception de balados, création d'histoire et cinéma interactif sont quelques-unes des activités offertes aux jeunes.
Photo :David Ospina

Pourquoi les chats voient-ils dans le noir? Pourquoi le sang est-il rouge? Comment le poussin peut-il respirer dans l’œuf? L'activité Puce à l’oreille se déroule dans le cadre du nouveau camp de jour numérique, organisé par l'UQAM à l’Espace Jeunes de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ). Le camp, qui réunit une quinzaine d’enfants de 8 à 10 ans, est une initiative de la Chaire en littératie médiatique multimodale, dirigée par Nathalie Lacelle, professeure au Département de didactique des langues.

Pour répondre aux questions, les enfants, divisés en équipes, doivent utiliser un moyen original: créer leur propre balado scientifique! Ils liront d’abord leur texte au micro – en prêtant une attention particulière à l’intonation et à l’articulation. Puis, ils rechercheront des sons, des bruits et des musiques dans une banque sonore. «Nous allons ajouter des chants de poussin et des bruits de coquille brisée», disent Alex et Victor, qui travaillent sur la respiration du poussin dans l’œuf. Leur montage sonore final, d’une durée de deux minutes, sera présenté au reste du groupe en fin de journée et archivé sur un site Web. Les enfants créeront aussi une affiche de leur projet avec un code QR intégré.

Chaque jour, du 6 au 10 août, une activité différente est proposée aux campeurs: création d’histoire ou de jeu vidéo, atelier musical, lecture immersive, cinéma interactif. «Les enfants apprennent à intégrer des ressources numériques et des compétences techniques pour développer leur créativité, souligne Nathalie Lacelle. Toutes les activités du camp visent à optimiser le recours à la multimodalité, soit l’intégration de la parole, des gestes, des images et de l’environnement sonore.» 

L’activité Puce à l’oreille a nécessité l’expertise de plusieurs collaborateurs, dont Sandra Verilli, enseignante au primaire qui a déjà expérimenté la création de balados dans sa classe, et Jennifer Ricard, bibliothécaire à l’Espace Jeunes de BAnQ, qui a rédigé les textes des balados scientifiques. «En contexte scolaire, les enfants auraient eux-mêmes fait les recherches et rédigé les textes, précise la directrice de la Chaire. Mais puisque l’activité se déroule sur une seule journée, nous sommes bien heureux de l’apport de nos collaborateurs.» Plusieurs étudiants ont participé à l’organisation du camp, dont Prune Lieutier, étudiante au doctorat en études et pratiques des arts et créatrice d'applications qui proposent des expériences numériques interactives destinées aux jeunes publics.

Compétence recherchée

Pour cette première édition, le camp était offert gratuitement. Les 15 places disponibles ont été remplies en quelques heures après une simple publication Facebook! «La mobilisation de compétences en littératie médiatique multimodale est très recherchée, tant dans les camps de jour qu’à l’école, mentionne Nathalie Lacelle. Pour les chercheurs, cette expérimentation est très riche pour la collecte de données.»

Bien que l'initiative ait été couronnée de succès, la Chaire n’a pas pour mandat d’offrir des camps de jour et ne prévoit pas réitérer l'expérience. «Nous pourrions toutefois collaborer à la mise en place d’activités de ce type avec des écoles ou des organismes qui souhaitent développer leur offre éducative», indique sa titulaire.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE