L'art en quatre temps

Le Centre Figura collabore à la deuxième édition du cours virtuel sur l'art contemporain offert par le Centre Pompidou.

6 Novembre 2018 à 13H44

L'installation vidéo Waiting for High Water (2005), réalisée par l'artiste Jana Sterbak, invite le specteur à une promenade surprenante à Venise. L'oeuvre apparaît dans la séquence «Marcher» du cours virtuel sur l'art contemprain. Photo: Jana Sterbak

Le Centre de recherche Figura sur le texte et l'imaginaire a annoncé, le 5 novembre, sa collaboration à la deuxième édition du MOOC – Massive Open Online Course – de l'École du Centre Pompidou, à Paris. Ce deuxième cours en ligne est consacré à la thématique universelle du temps. Comment les artistes contemporains s'emparent-ils de cette thématique? Comment le temps est-il sculpté, exposé, filmé?

Disponible jusqu'au 31 décembre prochain, le MOOC répond à ces questions en abordant la notion de temps à travers quatre séquences, chacune correspondant à un verbe: Durer, Répéter, Rythmer et Marcher (Figura a réalisé la séquence «Marcher»). Chaque internaute peut suivre le parcours à son rythme en traversant ces séquences dans l’ordre qui lui plaît. Au programme: des capsules vidéos, des entrevues, des activités d'apprentissage, des jeux-questionnaires… et des œuvres en grand nombre!

«Ce partenariat avec l'École du Centre Pompidou offre une visibilité extraordinaire non seulement à l'UQAM et à sa Faculté des arts, mais aussi  à nos artistes», souligne la professeure du Département d'études littéraires Véronique Cnockaert, directrice de Figura. Gratuit et accessible à tous, le cours virtuel propose une approche pédagogique vivante et ludique de l’art contemporain. «À partir de verbes opératoires, il permet d’aborder les œuvres d’art d’une façon nouvelle, en rompant avec un point de vue chronologique et en s’appuyant sur un programme riche et varié», observe  Véronique Cnockaert.

Marcher, un art en soi

Camminando (1883) d'Étienne-Jules Marey, un pionnier de la chronophotographie.

Le MOOC présente des artistes modernes et contemporains qui ont fait de la marche un art en soi. «Marcher n'est pas du tout une activité anodine, soutient la professeure du Département d'histoire de l'art Marie Fraser, membre de Figura et conceptrice de la séquence. Le public découvrira  de nombreux artistes qui, depuis le début du 20e siècle jusqu'à maintenant, ont exploré les dimensions philosophique, poétique et politique de la marche, ou qui ont marché dans la rue pour remettre en question les valeurs traditionnelles, les conventions esthétiques et les institutions artistiques. Marcher c'est s'inscrire dans l’instant présent et, ainsi, se rendre sensible à tout ce qui ce qui nous entoure, aux enjeux sociaux et politiques qui traversent notre propre contemporanéité.»

Les internautes pourront apprécier des œuvres d'artistes canadiens, québécois et autochtones, tels que Mark Lewis, Janet Cardiff, Françoise Sullivan, Jana Sterbak, Rebecca Belmore et Brian Jungen.

Le MOOC présente aussi un témoignage de l'artiste Raphaelle de Groot (M.A. arts visuels et médiatiques, 2007) et une entrevue avec un invité surprise, le médecin Stanley Vollant, premier chirurgien autochtone du Québec, qui a marché 6 000 km à travers le Québec et le Labrador afin de redonner espoir aux jeunes membres des Premières Nations.

L’UQAM est la seule université québécoise partenaire du MOOC. Pour Jean-Max Colard, responsable éditorial de l’École du Centre Pompidou, le choix de l’UQAM et de Montréal s'est imposé à cause du caractère francophone du cours virtuel.  «Le MOOC est un musée monde, ouvert aux créateurs, aux artistes et aux cultures de tous les horizons», dit-il.

La séquence «Marcher» du MOOC  a été produite en collaboration avec le Service de l’audiovisuel de l’UQAM, le Musée d’art contemporain de Montréal et le Musée des beaux-arts de Montréal, dont certaines œuvres figurent dans le cours.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE