Expérimentations artistiques

Le Centre de l'image contemporaine VOX présente l'exposition collective Étant données.

24 Avril 2018 à 11H03

Jean Dubois, timeScape, flm évolutif, extrait de l'affichage, 2017-(...). Oeuvre présentée dans le cadre de l'exposition Étant données.

Détourner, non sans ironie, les usages des données et des algorithmes informatiques pour créer de nouvelles images inusitées, voilà le propos de l’exposition collective Étant données, présentée au Centre de l'image contemporaine VOX (2, rue Sainte-Catherine Est) du 26 avril au 30 juin prochains. S'inscrivant dans le cadre de la 4e Biennale internationale d'art numérique (BIAN), l'exposition regroupe, notamment, des installations, des performances, des projections vidéo et des objets hétéroclites conçus par les professeurs Alexandre Castonguay et Jean Dubois, de l'École des arts visuels et médiatiques, ainsi que par des étudiants de la Faculté des arts. L'événement est organisé en collaboration avec l'École nationale supérieure de la photographie d'Arles et le Centre de recherche en arts médiatiques Hexagram-UQAM.

«À l’ère du tout-numérique et des développements de l'intelligence artificielle, il est facile de dénoncer les dérives potentielles qui leur sont associées, mais il est plus difficile de proposer des expériences sensibles et esthétiques qui proposent d'autres manières d'entrer en relation avec les multiples données et les informations qu'elles véhiculent, souligne Alexandre Castonguay. En croisant plusieurs regards, nous avons voulu aussi prendre le contrepied de la conception traditionnelle de l'artiste, porteur d'une voix unique.»

L'exposition présente des expérimentations artistiques qui cherchent à embrasser ce nouvel esprit du temps en suggérant des façons inhabituelles de regarder le monde à l’aide de relevés GPS, de montres intelligentes, d’extraits de Google Earth, de drones, de caméras et d’imprimantes 3D, ou d’historiques de navigation. Quantification de soi, mesures géomatiques et climatologiques, surveillance médiatique s’entrechoquent ainsi pour offrir une vision subjective oscillant entre ubiquité et perplexité.

Programme de recherche-création

Étant données rend compte des premiers résultats du programme de recherche-création  «Au-delà des images opératoires», codirigé par Alexandre Castonguay et Jean Dubois, auxquels se sont joints le chargé de cours de l'École des médias Thomas Ouellet Fredericks et les étudiants Nans Bortuzzo, Guillaume Bourdon, André Girard, Alice Jarry, Guillaume Pascale et Sophie Perry. Il est mené en collaboration avec Caroline Bernard, professeure à l'École nationale supérieure de la photographie d'Arles, en France, et professeure associée à l'École des arts visuels et médiatiques, ainsi que Damien Guichard.

«Notre groupe de recherche existe depuis un peu plus de deux ans et est soutenu par le Fonds de recherche du Québec – Société et culture, l’École des arts visuels et médiatiques de l’UQAM et le centre Hexagram-UQAM, note Alexandre Castonguay. En nous inspirant du concept d'images opératoires évoqué par le cinéaste allemand Harun Farocki, notre projet vise à explorer artistiquement de nouvelles technologies de visualisation reliées, entre autres, à la réalité augmentée, à la géolocalisation, à l'indexation automatisée des images, à la quantification biométrique et à la surveillance informatique.»

L'équipe de chercheurs-créateurs travaille à détourner l'opérativité de ces applications techniques déjà en vigueur selon des paramètres métaphoriques ou même fictifs.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE