Classe de maître avec Ariane Moffatt

La chanteuse et musicienne a prodigué ses conseils aux futurs diplômés du bac en musique.

27 Février 2018 à 10H55

La chanteuse et musicienne a prodigué ses conseils aux futurs diplômés du bac en musique.
Photo :Nathalie St-Pierre

La salle Jacques-Hétu du pavillon de Musique était bondée, le 23 février dernier, pour la classe de maître donnée par la chanteuse et musicienne Ariane Moffatt. Devant près d'une centaine de personnes, l'artiste a parlé de son parcours musical et a interprété deux pièces, en plus d'offrir des conseils à quelques chanteurs des classes de la professeure Dominique Primeau et de la chargée de cours Julie Leblanc.

«Ariane a été généreuse et respectueuse, elle a pris le temps de répondre à toutes les questions qui lui ont été posées, souligne Dominique Primeau. Elle souhaitait encourager nos jeunes tout en ne maquillant pas la dure réalité de l'industrie musicale québécoise, qui s'est passablement transformée depuis son premier album paru il y a maintenant plus de 15 ans.»

Le professeur Danick Trottier a joué le rôle de l'intervieweur pendant la portion entrevue de l'événement, capté par les caméras du Service de l'audiovisuel pour le compte d'UQAM.tv (et pour Facebook Live).

Les étudiants au baccalauréat en musique (pratique artistique) Myriam Dufour, Marie-Ève Desmarais, Sophie Nadeau et Alex Grenier – accompagnés par les musiciens Pierre Bélisle, Jean-François Groulx et Kaven Picard –ont eu la chance de se produire devant Ariane Moffatt, laquelle a ensuite offert ses conseils à chacun. «Effectuer une prestation devant une artiste établie est une belle occasion pour progresser dans sa formation. Je suis certaine que nos quatre étudiants ont été charmés par la gentillesse d'Ariane et qu'ils ont apprécié ses commentaires», dit Dominique Primeau.

Le Département de musique compte attirer chaque année un artiste de renom pour donner une classe de maître dans sa série «Événement prestige». Dominique Primeau a noté parmi les participants à l'événement plusieurs étudiants de l'UQAM, mais aussi des élèves de niveau collégial et secondaire. «Qui sait? Il y avait peut-être là de futurs étudiants de l'UQAM!», conclut-elle avec satisfaction.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE