Soigner son corps

Des services en prévention et en réadaptation sont offerts à la Clinique physio plus du Centre sportif.

23 Mars 2018 à 15H59

Le kinésithérapeute Magdy Durocher utilise différentes techniques de thérapie manuelle et de mobilisation articulaire pour prévenir des raideurs et des douleurs musculaires, articulaires ou viscérales.Photo: Nathalie St-Pierre

Au Québec, plus d’une personne sur cinq souffre de troubles musculosquelletiques, révèle l’Enquête québécoise sur la santé de la population de l’Institut de la statistique du Québec. Plusieurs étudiants, employés et enseignants consultent des physiothérapeutes, massothérapeutes, ostéopathes et autres spécialistes pour des problèmes de cet ordre. «Certains ne savent pas que ces services sont offerts directement sur le campus», remarque Andrée Dionne (M.B.A., 2007), conseillère en activités physiques et sportives au Centre sportif.

La Clinique physio plus du Centre sportif propose à la communauté uqamienne une variété de services: physiothérapie, kinésithérapie, ostéopathie, nutrition, massothérapie,  psychologie en changement de comportement, ergonomie et réadaptation par la gym liquide. «La majorité des frais peuvent être remboursés par les assurances, précise la conseillère, ajoutant que les étudiants, employés et diplômés bénéficient de tarifs avantageux.

De l’intention à l’action

À son arrivée au Centre sportif, il y a une dizaine d’années, Andrée Dionne a constaté que plusieurs personnes avaient besoin d’un coup de pouce pour faire de l’activité physique. «J’ai toujours voulu faire bouger les gens, les faire passer de l’intention à l’action», mentionne-t-elle.

Le premier service offert au Centre sportif, la psychologie en changement de comportement, a été élaboré dans le cadre du programme de promotion de la santé 8 défis – renommé SantéCS depuis l’an dernier. Les personnes ayant de la difficulté à modifier leurs habitudes de vie concernant les études, l'alimentation, le tabagisme ou l’activité physique peuvent consulter le psychologue Jean-François Villeneuve, qui conçoit un programme en fonction de leurs objectifs.

Au fil des ans, plusieurs services ont été ajoutés pour répondre aux besoins des personnes souffrant de blessures. La kinésithérapie utilise différentes techniques de thérapie manuelle et de mobilisation articulaire pour prévenir des raideurs et des douleurs musculaires, articulaires ou viscérales. «C’est un service peu connu au Québec, mais très populaire en Europe», mentionne Andrée Dionne, qui ajoute que le kinésithérapeute Magdy Durocher est l’un des rares à être aussi diplômé en kinésiologie.

L’ostéopathe Adrien Moufflet, ancien membre de l’équipe masculine de soccer des Citadins, détecte et soigne des dysfonctionnements affectant l'ensemble du corps. Les entorses, les douleurs musculaires, la constipation, l’asthme, les migraines et le stress peuvent être traités de façon préventive ou curative.

Le physiothérapeute Antoine Ziad-Alwan cumule une quarantaine d'années d'expérience dans le domaine de la physiothérapie et de l'ergothérapie.  Il soigne, entre autres, les problèmes touchant les articulations.

Le massothérapeute Sébastien Martimbault pratique le massage suédois cinétique, qui agit sur les muscles à leurs points d'attache et aux tendons. Il offre également des massages sportifs et de la fasciathérapie.

La kinésiologue et ergonome Anaëlle Baubinec se déplace dans les bureaux pour offrir un service d’exercice et d’ergonomie. Suivant une évaluation approfondie – patron de marche, mobilité des axes, posture, force musculaire, type de tâches –, la spécialiste propose des exercices et l’optimisation de l'environnement de travail.

Effectué par un expert en biomécanique du genou, l’examen du genou KneeKG détecte des anomalies spécifiques, permettant d’optimiser et de personnaliser le traitement. «Grâce à ce test, on peut faire une évaluation du genou en mouvement et en 3D afin de mieux comprendre l’origine des douleurs et des symptômes», souligne Andrée Dionne.

Gym liquide et nutrition

En 2011, le premier Gym liquide au Canada a ouvert ses portes au Centre sportif de l’UQAM. Muni de matériel d'entraînement, de vélos, de tapis roulants aquatiques, de steps, de trampolines et d’aqua-pôles, la réadaptation par la Gym liquide s'apparente à un entraînement musculaire en salle, sauf que les mouvements sont exécutés dans l'eau et adaptés aux besoins spécifiques de chacun.

Accessible aux personnes de tous âges, nageurs ou non, cette forme d’entraînement offre la possibilité de se remettre en forme, entre autres après une blessure ou une chirurgie. Il peut aussi s'agir d'une bonne solution pour une personne souffrant d'obésité. Un utilisateur régulier du Gym liquide a  perdu plus de 50 livres depuis qu’il fréquente la piscine du Centre sportif. «Sa médication pour le diabète et sa pression artérielle ont beaucoup diminué, de même que ses maux de genoux», confie Andrée Dionne.

Les nutritionnistes-diététistes de l'Équipe nutrition offrent depuis quelques années des stratégies pour adopter de saines habitudes alimentaires. La première consultation prévoit un bilan nutritionnel, une liste de recommandations basées sur les goûts, le style de vie et les objectifs de santé ou de performance, ainsi qu’un guide nutritionnel personnalisé.

Concertation

Selon la conseillère, la principale force de la Clinique physio plus est de proposer la vision concertée de différents professionnels. «Des personnes qui fréquentent le Gym liquide consultent aussi un physiothérapeute, un kinésithérapeute ou un entraîneur privé à la salle d’entraînement», observe Andrée Dionne. La combinaison de ces expertises permet de trouver des solutions adaptées à chaque cas et de favoriser le retour à l’exercice.

«Nous réfléchissons à la possibilité de doter la Clinique d'un service de médecine sportive, ce qui en ferait une clinique sportive complète», conclut la conseillère.

Capsule vidéo

Depuis le 1er mars, une capsule vidéo met en vedette le personnel de la Clinique physio plus.

Réalisée par Alexis Breton, étudiant au profil cinéma du baccalauréat en communication, la capsule montre le travail effectué par le thérapeute sportif Karl Falardeau auprès de deux étudiants-athlètes des Citadins, Jessica Lubin et Karim Sabban. Le préparateur physique des Citadins, Athanasio Destounis (M.Sc. kinanthropologie, 2009) explique l’importance de l’encadrement des athlètes sur les plans de la récupération après l’effort et du traitement de blessures.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE