Stationnements créatifs

Des étudiants en design présentent leurs installations dans le cadre de l'événement PARK(ing) Day.

21 Septembre 2018 à 16H20

Des étudiants en design ont présenté leurs installations dans le cadre de l'événement PARK(ing) Day. Sur la photo, on aperçoit le projet Déjeuner sur l'herbe.
Photo :Nathalie St-Pierre

Une trentaine d'étudiants à la maîtrise en design de l'environnement et au DESS en design d'événements participaient le 21 septembre à la septième édition de PARK(ing) Day, un événement visant à transformer les espaces de stationnement en créations éphémères afin de susciter un débat sur le partage de l'espace public et la place allouée à la mobilité durable, aux espaces verts et aux lieux publics.

À l'angle des rues Sainte-Catherine et Sanguinet, les étudiants ont occupé cinq espaces de stationnement et ont abordé trois enjeux majeurs concernant la mobilité: la place du stationnement, le transport actif et les enjeux de pouvoir dans les rapports entre  automobilistes, cyclistes, piétons et usagers du transport en commun.  

Leurs créations ont été élaborées au cours des trois premières semaines du trimestre dans le cadre d'un atelier conjoint donné par la professeure de l'École de design Anne-Marie Broudehoux et le chargé de cours Maxim Bonin.

La Table est mise

Par le biais d'une installation, le projet conçu par Céline Arnaudeau, Marie-Sophie Bergeron, Vincent Bilodeau, Pierre Enfin, Marc-Antoine Goyette et Samuel Charlebois avait pour objectif de présenter les inégalités (en termes de proportions) des réseaux de circulation consacrés aux transports en commun, au vélo, au piéton et à l'automobile à Montréal. L'installation était composée d'une table et de chaises. La grandeur et la hauteur des chaises étaient représentatives de la part du réseau de circulation pour chacun des moyens de transport et mettaient ainsi en scène les relations de pouvoir dans ces «échanges» autour d'une table.

ASPHALTE

Doha Yaquot, Stacy Dolbeau, Maira Alejandra Gonzalez Navarro, Alexia Olivares, Julien Thibodeau et Sacha Buliard proposaient une installation architecturale qui questionne l'emprise de la ville sur les espaces verts à travers l'omniprésence du stationnement. Deux parois autoportantes circonscrivaient un espace exigu à l'intérieur duquel poussait un arbre.

Saute Mouton

Les passants étaient invités à participer à un jeu grand format en mentionnant par quel moyen de transport ils s'étaient rendus au centre-ville. L'objectif des concepteurs Lou Renaud, Alex Leclercq, Léonie Hottote, Xavier Lautaro Ovando et Élise Belet était de sensibiliser les gens aux aspects positifs et négatifs de chacun des modes de transport (vélo, piéton, transport en commun, voiture), le tout de manière ludique.

Kadna

À la manière d'un boulier géant, les cyclistes étaient invités à verrouiller leur vélo sur une structure organique formant une sculpture évolutive selon le nombre de vélos qui y sont accrochés. Ce projet, conçu par Mélanie Watrin, Alexanne Mallet, Hugues Lefebvre-Morasse, Madeline Pellerin et Nicolas Gulaina, visait à souligner avec éclat le manque d'espaces de stationnement pour les vélos.

Déjeuner sur l'herbe

Laura Wener, Émilie Proulx, Madeleine Bruneau, Amal El Hamdouchi, Lou Ramage et Audrey Malugani proposaient une installation contemplative mettant en scène un déjeuner extérieur qui se faisait lentement couvrir d'une masse noire représentant le bitume.

Semaines de la mobilité durable

La participation de l'UQAM à cet événement s'inscrivait dans le cadre des Semaines de la mobilité durable, qui se poursuivent jusqu'au 27 septembre. Le Service de la prévention et de la sécurité y tient sa campagne bisannuelle de prévention vélo. La communauté universitaire peut ainsi apprendre quelques astuces pour prévenir le vol de vélo et les consignes pour prévenir les collisions, tout en  se familiarisant avec les services offerts aux cyclistes de l'UQAM.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE