Décès d'un pionnier 

Paul Gérin-Lajoie, qui a donné son nom au pavillon des sciences de l'éducation, fut le premier titulaire du ministère de l'Éducation.

26 Juin 2018 à 13H25

Paul Gérin-Lajoie lors du Gala Reconnaissance UQAM en 2011.Photo: Charles Audet

Paul Gérin-Lajoie, qui fut le premier titulaire du ministère de l'Éducation du Québec au sein du gouvernement Lesage lors de sa création, en 1964, est décédé le 25 juin dernier à l'âge de 98 ans. Ce pionnier de l'éducation moderne a reçu le tout premier doctorat honoris causa remis par l'UQAM, en 1992.

«C'est avec une profonde émotion que la Faculté des sciences de l'éducation de l'UQAM a appris le décès de Paul Gérin-Lajoie. Un lien privilégié nous unit à lui. En effet, en 2009, reconnaissant sa contribution déterminante pour l'éducation au Québec et dans le monde, le pavillon de l'Éducation de l'UQAM est devenu le pavillon Paul-Gérin-Lajoie», rappelle Monique Brodeur, doyenne de la Faculté des sciences de l'éducation.

Lors de la cérémonie de désignation officielle, Paul Gérin-Lajoie, alors âgé de 89 ans, avait partagé ses réflexions sur la place et l'importance de l'éducation. «Le recteur Claude Corbo nous avait invités à faire lire ce texte à toutes nos étudiantes et tous nos étudiants, ce que nous veillons à perpétuer. Paul Gérin-Lajoie a démocratisé l'accès à l'éducation. Héritières et héritiers de son œuvre, nous souhaitons contribuer à la poursuivre», ajoute la doyenne.

On peut visionner la vidéo réalisée en hommage à Paul Gérin-Lajoie lors de la cérémonie de désignation officielle.

Un parcours inspirant

Né en 1920, Paul Gérin-Lajoie fait ses études au Collège Jean-de-Brébeuf, où il obtient la prestigieuse bourse Rhodes (1939), qui lui donne la possibilité d'étudier en Angleterre. En raison du conflit mondial, il devra attendre jusqu'en 1945 avant de pouvoir s'inscrire à Oxford, où il complète une thèse de doctorat sur la constitution canadienne. Entretemps, il fait des études de droit à l'Université de Montréal et est admis au Barreau du Québec en 1943.

De retour à Montréal en 1948, Paul Gérin-Lajoie commence sa carrière d'avocat et s'implique dans de nombreuses associations (Jeune Barreau canadien, Chambre de commerce de Montréal, cercles universitaires, etc.). Homme d'action et passionné par la chose publique, il décide de se lancer en politique. Candidat libéral défait dans Vaudreuil-Soulanges en 1956 et à l'élection partielle de septembre 1957, il est finalement élu en 1960. Il sera réélu en 1962 et 1966. Nommé ministre de la Jeunesse (1960-64) par Jean Lesage, Paul Gérin-Lajoie crée en 1960 la Commission royale d'enquête sur l'éducation (Commission Parent) qui mènera notamment à la création d'un véritable ministère de l'Éducation.

En 1969, il quitte la politique et devient président de l'Agence canadienne de développement international (ACDI), de 1970 à 1977, puis directeur de Projecto international, de 1978 à 1986. Entre 1981 et 1985, il est également nommé directeur général de la Société du Vieux-Port de Montréal.

Depuis 1986, Paul Gérin-Lajoie se consacrait principalement à la Fondation qui porte son nom. La Dictée P.G.L., dont la finale s’est déroulée à quelques reprises au Centre Pierre-Péladeau, est sans doute la plus reconnue des actions de la Fondation pour l'ouverture sur les réalités internationales qu'elle procure aux jeunes élèves du primaire. Paul Gérin-Lajoie était aussi membre du Conseil des gouverneurs de la Banque mondiale.

Au fil des ans, M. Gérin-Lajoie a reçu de nombreux prix et distinctions. Il a été reçu grand officier de l'Ordre national du Québec en 1998 et chevalier de la Légion d'honneur en 2002. Il était également titulaire de 12 doctorats honoris causa. En 2008, l'UNESCO lui a remis la médaille d'or Albert-Einstein.

PARTAGER
COMMENTAIRES 1 COMMENTAIRE

Commentaires

Bonjour, suggestion : a l'occasion des célébrations de l'UQAM, on pourrait peut-être en profiter pour souligner sa contribution, je sais qu'il a un doctorat honoris cosa de l'UQAM mais un évènement plus important, colloque, conférence, ou documentaire sur son oeuvre créé par des étudiants en cinéma...