Don de la Fondation Butters

La Chaire de déficience intellectuelle et troubles du comportement reçoit un soutien de 125 000 dollars.

13 Novembre 2018 à 11H19, mis à jour le 13 Novembre 2018 à 17H00

Jean-Philippe Waaub, vice-doyen à la recherche de la Faculté des sciences humaines, Roger Guimond, directeur administratif de l’enseignement universitaire, de la recherche et de l’innovation au CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec, Diane Morin, titulaire de la Chaire de déficience intellectuelle et troubles du comportement, William Barakett, président de la Fondation Butters, et Pierre Bélanger, directeur général de la Fondation de l’UQAM. Photo:Nathalie St-Pierre

La Fondation de l’UQAM a annoncé un don de 125 000 $ de la Fondation Butters pour la Chaire de déficience intellectuelle et troubles du comportement (Chaire DITC). Grâce à ce soutien, la Fondation Butters assure le renouvellement de la Chaire pour une année supplémentaire. L’événement, qui a eu lieu le 9 novembre, était également l’occasion de souligner l’engagement des partenaires de la Chaire des 10 dernières années, représentés pour l’occasion par Roger Guimond, directeur administratif de l’enseignement universitaire, de la recherche et de l’innovation du CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec.

Depuis son lancement, en 2008, la Chaire DITC a travaillé de concert avec plusieurs intervenants du milieu, dont la Fondation Butters, qui vient en aide à des familles d’enfants ayant une déficience intellectuelle et soutient la recherche afin d’améliorer les services de réadaptation. «L'expérience clinique acquise au cours des 10 dernières années constitue un excellent point de départ pour la découverte de thérapies novatrices pour les enfants et les adultes ayant une déficience intellectuelle», a souligné le président de la Fondation Butters, le Dr William Barakett.

Entre 30 % et 50 % des personnes vivant avec une déficience intellectuelle présentent des troubles du comportement qui affectent leur qualité de vie ainsi que celle de leur famille. En privilégiant une approche préventive, la Chaire DITC contribue à diminuer les impacts négatifs de ces troubles du comportement.

La titulaire de la Chaire, la professeure du Département de psychologie Diane Morin, a remercié la Fondation Butters. « Grâce à vous, à votre appui et à votre confiance, nous avons amélioré la formation universitaire et la formation en milieu de pratique, développé une relève de qualité, participé à l’avancement des connaissances et travaillé ensemble à l’amélioration de la qualité de vie de milliers de personnes partout au Québec.» En 1992, alors étudiante au doctorat, la professeure avait remporté le prix Lily Butters, remis par la Fondation. Elle vient d'être nommée directrice scientifique de l'Institut universiaire en déficience intellectuelle et en trouble du spectre de l'autisme, rattaché au CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec, pour un mandat de cinq ans.

Jean-Philippe Waaub, vice-doyen à la recherche à la Faculté des sciences humaines, a félicité l’équipe de la Chaire pour sa contribution au rayonnement de la Faculté. «Cette chaire est un bel exemple de réussite. Depuis 10 ans, elle participe au développement d’un champ de recherche absolument indispensable à la Faculté des sciences humaines», a-t-il affirmé.

Pierre Bélanger, directeur général de la Fondation de l’UQAM, a souligné le geste de la Fondation Butters: «Nous sommes honorés de pouvoir compter sur des donateurs généreux et engagés telle la Fondation Butters pour donner à notre Université les moyens de ses ambitions.»

La Fondation Butters, une histoire d’entraide

La Fondation Butters a été créée en 1976 afin de poursuivre le travail de Lily Butters auprès des enfants ayant une déficience intellectuelle. C’est en 1948 que Lily Butters a commencé à accueillir des enfants handicapés dans sa maison de ferme située à Austin, dans les Cantons de l’Est, afin de venir en aide à leurs familles. De petit centre d’accueil, le foyer d’accueil a grandi jusqu’à accueillir plus de 400 personnes au milieu des années 1970.

En 1976, les amis et la famille de madame Butters ont créé la Fondation Butters pour souligner et perpétuer le travail de cette femme généreuse et dévouée. Depuis, la Fondation contribue à l’intégration des personnes vivant avec une déficience intellectuelle en investissant dans des logements et de l’équipement spécialisés et en soutenant des initiatives de recherche.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE