Un portrait du Québec

Dix-huit cartes interactives dressent un portrait sociodémographique des 125 circonscriptions électorales.

23 Août 2018 à 14H34

L'une des 18 cartes interactives présente le rapport entre le nombre de personnes âgées de 65 ans et plus et le nombre de jeunes de moins de 18 ans pour chacune des circonscriptions électorales.Image: jhroy.ca

La campagne électorale qui débute sera à coup sûr rythmée par plusieurs rebondissements, de multiples analyses et de nombreux sondages. «Pour un journaliste, c'est un peu comme les Jeux olympiques», souligne en riant le professeur de l'École des médias Jean-Hugues Roy. L'ancien journaliste de Radio-Canada, amateur de programmation, ne comptait pas rester sur la touche: il propose à ceux et celles qui s'intéressent à cette bataille électorale 18 cartes interactives dressant le portrait du Québec de 2018.

Ces cartes représentent les 125 circonscriptions électorales selon 18 variables sociodémographiques telles que la langue parlée à la maison ou au travail, l'âge médian, le niveau d'éducation, le revenu des ménages, le taux de chômage ou la valeur des propriétés, précise le responsable du baccalauréat en communication (journalisme).

Chaque carte interactive a été créée à partir des données du recensement de 2016 compilées par le Directeur général des élections du Québec. Quelques scripts programmés par le professeur ont permis de présenter le tout de manière conviviale.

Quelques cartes éclairantes

«Il s'agit de la première élection au Québec où les trois générations – Y, X et les baby-boomers – voteront dans une proportion à peu près égale… mais pas dans toutes les circonscriptions», note Jean-Hugues Roy. Une carte montre d'ailleurs le ratio entre les moins de 18 ans et les plus de 65 ans pour chaque circonscription. «Ce ratio fait ressortir clairement la jeunesse relative des banlieues, surtout le nord de Québec et le nord de Montréal. On comprend mieux pourquoi le "450", avec ses nombreuses familles, revêt un intérêt pour les partis. Les candidats y passeront sans doute plus de temps lors de la campagne et y feront des promesses ciblées.»

Le professeur a créé une «carte de la solitude», qui fait ressortir la proportion de personnes vivant seules. «Le contraste urbain-rural est frappant, observe-t-il. C’est en ville qu’on retrouve le plus de ménages composés d’une seule personne. Le record est détenu par la circonscription de Taschereau, à Québec, où les gens seuls comptent pour 57,8 % des ménages.»

Une autre carte s'attarde sur le ratio homme/femme. «Elle montre qu’il y a généralement un équilibre entre le nombre d’hommes et de femmes au Québec, sauf dans les villes. De nombreuses circonscriptions urbaines affichent, en effet, une population féminine plus importante. Il y a une exception notable: Sainte-Marie–Saint-Jacques, où c’est l’inverse. Dans cette circonscription, qui englobe le Village gai de Montréal, on compte près de 125 hommes pour 100 femmes!»

La carte de la disparité des revenus montre que la richesse est généralement bien répartie, sauf dans certaines circonscriptions montréalaises et des banlieues, où il existe des écarts plus importants entre riches et pauvres.

Une carte cachée!

Clin d'œil aux universitaires en cette rentrée 2018: Jean-Hugues Roy a publié une carte cachée sur la proportion de personnes titulaires d'un doctorat. «On en retrouve davantage dans les villes universitaires comme Québec, Montréal et Sherbrooke, note-t-il. Et à Montréal, c'est dans les circonscriptions de Mont-Royal–Outremont et Westmount–Saint-Louis qu'on en retrouve le plus.»

Les élections à l'UQAM

Le professeur donnera ce trimestre-ci le cours Atelier de journalisme sur internet, au cours duquel il invitera ses étudiants à produire des reportages multiplateformes dans le cadre de la campagne électorale. «Chacun aura une circonscription à couvrir et les cartes interactives pourraient constituer un bon départ pour mieux comprendre leur terrain de jeu», note-t-il.

Dans ce cours, le professeur aborde la programmation html et le journalisme de données. «J'invite toujours les étudiants à réfléchir à une manière d'utiliser les données dans leur future carrière, dit-il. C'est le rôle des journalistes de traiter les informations disponibles et d'en proposer une lecture. C'est ce que j'ai voulu proposer avec ces cartes interactives, qui exploitent le pouvoir narratif des données de manière visuellement intéressante.»

Pour voir les 18 cartes interactives:
http://jhroy.ca/2018/06/18-cartes-pour-comprendre-quebec-de-2018/

L'avis des experts

On peut trouver ici la liste des professeurs de l'UQAM qui peuvent répondre aux questions des journalistes sur les élections québécoises.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE