François Ost, théoricien du droit

L'UQAM remet un doctorat honoris causa au spécialiste de la philosophie du droit.

6 Décembre 2018 à 13H58

Hugo Cyr, doyen de la Faculté de science politique et de droit, François Ost, et Magda Fusaro, rectrice de l'UQAM.
Photo: Alexis Aubin

L’UQAM a décerné un doctorat honorifique au professeur François Ost, sur la recommandation de sa Faculté de science politique et de droit. Par ce geste, l’Université veut reconnaître sa contribution à la théorie et à la philosophie du droit dans le monde francophone, à l’avancement de la réflexion sur le droit à l’environnement et les droits de la personne.

De nationalité belge, François Ost a fait des études en droit, philosophie et droit économique. Il a obtenu son doctorat en droit en 1980 de l’Université catholique de Louvain, avec la plus grande distinction. Professeur à l’Université Saint-Louis, à Bruxelles, depuis 30 ans, il y a assumé plusieurs responsabilités, notamment comme doyen de la Faculté de droit et vice-recteur des Facultés universitaires. Professeur émérite, il y enseigne maintenant le droit et la philosophie du droit. Il est également professeur invité au Collège international de philosophie de Paris, à l’École nationale de la Magistrature à Bordeaux et à l’Institut universitaire européen à Florence.

Juriste émérite, François Ost est l'auteur ou le coauteur d’une vingtaine d’ouvrages qui ont marqué la communauté juridique par leur rigueur et leur originalité. La clarté de ses idées et son style limpide rendent ses écrits accessibles à un large public dans le domaine juridique, mais aussi littéraire et philosophique. Sa quête des fondements philosophiques et culturels du droit l’a, en effet, amené sur le terrain des sciences sociales et de la littérature. Il est ainsi l’auteur de trois pièces de théâtre et bientôt d’une quatrième.

Praticien engagé autant que théoricien, il a fondé le Centre d’étude du droit de l’environnement de l’Université Saint-Louis et cofondé, en 1989, l’Académie européenne de théorie du droit. Il est également membre fondateur de l’Institut d’études sur la justice de Belgique et président de la Fondation pour les générations futures.

Au fil des ans, ses travaux lui ont mérité de nombreux prix et distinctions, dont un doctorat honorifique de l’Université de Nantes (2001) et un autre de l’Université de Genève (2017). En 2004, il a été élu membre de l’Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique. Il a été élevé au titre de baron par Sa Majesté le Roi des Belges en 2013.

Dans son discours, le professeur Ost a invité les diplômés en droit à faire preuve de responsabilité et d’audace. «Peut-être penserez-vous que, de toutes les disciplines, le droit est la moins disposée à l’innovation, l’audace et l’utopie. Ce n’est pas toujours vrai : c’est le droit qui, en 1789, a proclamé l’égale liberté et dignité de tous les êtres humains, alors que l’esclavage était encore largement pratiqué et que la femme était quasiment privée de droits ; c’est le droit qui , en 1945, a mis en place, sur les ruines de la seconde guerre, une organisation mondiale des Nations Unies, bien en avance sur la situation réelle des rapports géopolitiques ; c’est le droit encore qui montre aujourd’hui la voie en enjoignant les peuples au respect des limites écologiques…»

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE