Le bénévolat en mutation

Une équipe de recherche organise une journée d'étude sur les transformations des pratiques bénévoles au Québec.

22 Octobre 2018 à 15H18

Journée de bénévolat à Moisson Montréal. Photo: Denis-Carl Robidoux

Les défis et enjeux associés à la transformation des pratiques bénévoles au Québec feront l'objet d'une journée d'étude à l'UQAM (J-1187), le 26 octobre prochain. L'événement, qui réunira des chercheurs et des représentants du milieu, est organisé par l'équipe de recherche Bénévolat en mouvement, composée de professeurs en communication organisationnelle de l'UQAM, de l'Université de Montréal, de la TÉLUQ et de l'Université d'Ottawa. L'équipe a obtenu en 2017 une subvention pour cinq ans du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, dans le cadre du programme Savoir, pour une étude sur la mouvance des pratiques de bénévolat, en collaboration avec des organismes bénévoles à but non lucratif (OBNL).

«L'idée de ce projet est issue des expériences de bénévolat des membres de l'équipe», souligne la responsable du projet, Consuelo Vasquez, professeure au Département de communication sociale et publique, qui est elle-même bénévole pour la Société canadienne du cancer depuis sept ans. «Dans un contexte de désengagement de l'État et de croissance des inégalités économiques et sociales, les OBNL ainsi que les fondations philanthropiques jouent un rôle de plus en plus important dans le financement, la production et la distribution de services sociaux, souligne la professeure. D'où la nécessité de bien comprendre la façon dont ils accomplissent leur mission sur le terrain.»

La recherche vise à cerner les contours du bénévolat en établissant un répertoire de ses activités et à saisir les enjeux et les effets de la marchandisation sur ses pratiques et ses modes d'organisation. L'équipe Bénévolat en mouvement s'intéressera, notamment, à l'événement Le relais pour la vie, une activité pancanadienne de collecte de fonds menée par la Société canadienne du cancer, principal partenaire de la recherche.

Un portrait du bénévolat

Un autre partenaire, le Réseau de l'action bénévole du Québec, présentera, lors de la journée d'étude, un rapport brossant un portait du bénévolat au Québec. Le réseau représente environ 1,6 million de bénévoles répartis dans 27 organismes, dont la Croix-Rouge, Centraide, Oxfam Québec, l'Association québécoise des centres communautaires pour aînés et le Carrefour de développement social par l'éducation populaire.

Selon le rapport, le bénévolat se pratique principalement dans les secteurs de la culture et des loisirs (37%), puis dans ceux des services sociaux (28%) et de la santé (19%). En majorité des femmes, les personnes bénévoles détiennent pour la plupart un diplôme collégial ou universitaire et sont âgées en moyenne de 55 ans et plus. «Les activités de bénévolat se sont diversifiées ces dernières années, remarque Consuelo Vasquez. Les bénévoles changent aussi avec l'arrivée à la retraite des baby-boomers. De même, la manière d'organiser, de coordonner et de gérer le bénévolat est en transformation. On met l'accent sur l'importance pour les bénévoles d'acquérir des compétences et on développe des stratégies visant à les recruter, à les motiver et à les fidéliser, notamment par la mise en place dans les entreprises et les écoles de programmes de promotion du bénévolat.»

Les personnes bénévoles offrent leur temps principalement par plaisir ou par intérêt, pour une activité ou une cause particulière, alors que d'autres le font pour socialiser et développer un sentiment d'appartenance à un groupe avec lequel ils partagent un intérêt commun, révèle le rapport. Seule une minorité dit s'engager bénévolement pour aider, rendre service ou redonner. Contribuer à sa communauté et mettre à profit ses compétences et son expertise sont les principales motivations à maintenir l'engagement bénévole. Les femmes bénévoles sont plus nombreuses à faire de l'accompagnement et à contribuer aux soins de santé, tandis que les hommes sont particulièrement actifs dans l'organisation d'événements et la participation à des conseils d'administration.

«Même si l'image d'altruisme associée traditionnellement au bénévolat est toujours présente, on constate que les pratiques sont plus sporadiques et ont un caractère utilitaire plus affirmé», observe la professeure.

Une logique marchande

L'équipe de recherche explorera les effets de ce qu'elle appelle la marchandisation sur les pratiques bénévoles. Les OBNL ont des responsabilités accrues dans un univers concurrentiel, tout en voyant leurs sources de financement, gouvernementales, notamment, se réduire, note Consuelo Vaquez. «Dans ce contexte, dit-elle, les organismes se tournent davantage vers des initiatives commerciales et des partenariats avec des corporations privées pour renflouer leurs coffres.» Ces phénomènes renforcent la tendance, dans certains OBNL, à percevoir les donateurs qu'ils sollicitent comme des clients, d'où l'intérêt pour l'utilisation d'outils de marketing afin d'améliorer leur performance organisationnelle. «Des pratiques promotionnelles importées du secteur privé suscitent des tensions au sein même des OBNL, alors que des employés et des bénévoles les jugent contradictoires avec les valeurs de solidarité, d'équité et de justice associées à la mission sociale du bénévolat», souligne la professeure.

L'apparition d'un discours managérial, la spécialisation des tâches et la professionnalisation à travers l'extension du salariat dans un grand nombre de secteurs traditionnellement bénévoles, comme celui de la santé, contribuent aussi à changer les pratiques. «Des chercheurs considèrent que les OBNL devraient jouer un rôle analogue à celui des mouvements sociaux démocratiques, en défendant le bien commun et en faisant de l'éducation populaire, au lieu de se limiter à fournir des services délaissés par l'État», dit Consuelo Vaquez.

L'équipe Bénévolat en mouvement s'est dotée d'un site web qui présente des récits de bénévoles, des résultats de recherche, une revue de littérature et des articles scientifiques.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE