Prix de la nouvelle de Radio-Canada

La diplômée en études littéraires Maryse Andraos remporte le concours national.

17 Avril 2018 à 14H30

Maryse Andraos
Photo: Charlie Paquette-Dupuis

La diplômée Maryse Andraos (M.A. études littéraires, 2016) est la lauréate du Prix de la nouvelle 2018, un des trois prix de la création Radio-Canada. Son récit, intitulé Sans refuge, a été choisi parmi près de 800 textes inédits reçus de partout au pays.

En plus d'un prix en argent de 6 000 dollars offert par le Conseil des arts du Canada, la lauréate profitera d'une résidence d'écriture au Centre des arts et de la créativité de Banff (Alberta) et d'une entrevue à l'émission Plus on est de fous, plus on lit!, animée par Marie-Louise Arsenault sur ICI RADIO-CANADA PREMIÈRE, le 27 avril prochain.

Maryse Andraos a 29 ans. Née d'un père égyptien et d'une mère québécoise, elle a grandi à Saint-Bruno-de-Montarville, sur la Rive-Sud de Montréal. Elle partage son temps entre les contrats de révision linguistique avec des maisons d'édition québécoises, le tutorat en français au cégep et la correction des examens de français au ministère de l'Éducation. Ses textes ont été publiés dans quelques collectifs féministes, dont Histoires mutines, paru en 2016.

La nouvelle Sans refuge suit une adolescente qui goûte à une nuit de liberté en fuyant l'appartement qu'elle habite avec sa mère. Avec une amie et quelques garçons, elle se livre à des jeux de séduction. Mais l'inquiétude est permanente, et la détresse, palpable. L'auteure explique que la question du viol lui a «évidemment» été inspirée par le mouvement #moiaussi, qui venait d'éclater au moment où elle travaillait son texte. «J'ai la conviction profonde que la littérature peut mettre au jour des réalités passées sous silence, donner la parole à ceux qui en sont privés, créer des solidarités secrètes», déclare-t-elle.

Le jury, composé de Simon Boulerice, de Claudia Larochelle (M.A. études littéraires, 2012) et de Virginia Pésémapéo Bordeleau, a d'abord voulu applaudir la richesse du texte, son approche subtile et la force de frappe de sa poésie. Pour eux, voilà un texte «nécessaire» sur les dérapages d'une soirée «lorsqu'au désir de l'un, le consentement de l'autre ne vient pas.» Écrite au «tu», la nouvelle «offre une distanciation heureuse sans réduire l'espace pour que jaillisse l'émotion. »

Véritables tremplins pour les écrivains canadiens depuis 1945, les prix de la création Radio-Canada sont ouverts à tous, amateurs ou professionnels. Ils récompensent chaque année les meilleurs récits, nouvelles et poèmes originaux et inédits soumis au concours. Au fil des ans, ils ont permis de révéler au public de nombreux talents devenus depuis des incontournables de la littérature d'ici: Michel Tremblay, Normand de Bellefeuille, Martine Audet, Arlette Cousture, Marie-Sissi Labrèche (M.A. études littéraires, 2000) ou Mélanie Vincelette.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE