Succès scolaires d'exception

Stéphanie Grignon Watts et Claudie Giguère-Croteau obtiennent la Médaille académique du Gouverneur général.

26 Novembre 2018 à 9H34

Stéphanie Grignon Watts (Ph.D. psychologie, 2017) et Claudie Giguère-Croteau (M.Sc. Biologie, 2017) sont les récipiendaires 2018 de la Médaille académique du Gouverneur général à l'UQAM. Cette récompense honore annuellement des étudiants dont les succès scolaires ont été exceptionnels. Elle est remise au nom du gouverneur général par les établissements d’enseignement participants aux diplômés qui ont obtenu la meilleure moyenne au terme de leurs études dans une école secondaire, un collège ou une université.

Stéphanie Grignon WattsPhoto: Éric Panchaud

Diplômée du doctorat en psychologie, Stéphanie Grignon Watts a obtenu une moyenne cumulative parfaite de 4.3/4.3 pour sa scolarité et a reçu à l’unanimité la mention «excellent» de la part des membres du jury avant et après la soutenance de sa thèse. Celle-ci s’intitule «Psychothérapie pour le trouble d'anxiété généralisée administrée par vidéoconférence: impact sur l'alliance thérapeutique».

Durant sa scolarité de baccalauréat, Stéphanie Grignon Watts a reçu une bourse d'admission du Département de psychologie ainsi qu'une bourse Adrien-Pinard, toutes deux décernées en raison de l'excellence de son dossier académique. Elle a ensuite obtenu une bourse de maîtrise d'une valeur de 30 000 dollars des Fonds de recherche du Québec – Société et culture, ainsi qu'une bourse d'études supérieures du Canada Frederick-Banting et Charles-Best d'une valeur de 105 000 dollars, décernée par les Instituts de recherche en santé du Canada.

Claudie Giguère-Croteau
Photo: Nathalie St-Pierre

Diplômée de la maîtrise en biologie, Claudie Giguère-Croteau a obtenu une moyenne cumulative parfaite de 4.3/4.3 au cours de sa scolarité. Les membres du jury ont attribué à l’unanimité la mention «excellent» à son mémoire, qui s’intitule «Les impacts du CO2 atmosphérique et de la variabilité climatique sur la croissance et les échanges gazeux des plus vieux arbres de la forêt boréale canadienne».

Lors de sa scolarité de maîtrise, la diplômée a bénéficié d'une bourse de 15 000 dollars des Fonds de recherche du Québec – Nature et technologies et d'une bourse de 17 500 dollars du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE