Nouvelle approche vaccinale

Denis Archambault obtient deux subventions pour s'attaquer au virus de l'influenza aviaire.

16 Janvier 2018 à 15H06

Denis Archambault. Photo: Nathalie St-Pierre

Le professeur du Département des sciences biologiques Denis Archambault a obtenu une subvention de 1,3 million de dollars du Centre de recherches pour le développement international (CRDI) dans le cadre du programme mondial Innovation en vaccins pour le bétail. Doté d'un fonds de recherche de 57 millions de dollars, ce programme a été mis sur pied par la Fondation Bill et Melinda Gates de concert avec des instances gouvernementales canadiennes afin de cibler des infections du bétail dans les pays d’Afrique et d’Asie du Sud-Est. En tout, cinq projets ont été acceptés (taux de réussite de  9 %) lors de ce concours, dont deux provenant du Canada, incluant celui du professeur Archambault.

Son projet porte sur le développement de nanoparticules vaccinales visant plusieurs souches du virus de l’Influenza aviaire, lequel touche non seulement l’industrie aviaire, mais aussi les humains. Ces derniers peuvent, en effet, être affectés par le virus par l'entremise d'oiseaux infectés, selon la souche virale en présence (la souche H5N1, notamment). «Cette nouvelle approche vaccinale faisant appel à la nanotechnologie pourra être adaptée aux souches courantes du virus Influenza qui, bon an mal an, cause 250 000 à 500 000 décès chez les êtres humains à l’échelle mondiale», souligne le chercheur.

Trois autres chercheurs collaborent au projet, soit le professeur du Département de chimie Steve Bourgault, titulaire de la Chaire de recherche du Canada  en chimie des nanoassemblages biologiques, et les professeurs Christophe Chevalier et Ronan Le Goffic de l’Unité de virologie et immunologie moléculaires de l'Institut national de recherches agronomiques (INRA), en France.

Denis Archambault et ses collaborateurs ont aussi reçu, pour le même projet, une subvention de mobilité internationale du Fonds France-Canada pour la recherche (FFCR) dans le cadre du programme Nouvelles collaborations.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE