Partenariat renouvelé

Le Musée des beaux-arts de Montréal offrira un accès privilégié à plus de 600 étudiants de cycles supérieurs en arts.

16 Octobre 2018 à 16H23

Nathalie Bondil, directrice générale du Musée des beaux-arts de Montréal, et la rectrice Magda Fusaro lors de la signature de l'entente-cadre en août dernier.  Photo: Pierre Longtin

En vertu d'une entente conclue récemment avec l'UQAM, le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) offrira un accès privilégié à quelque 664 étudiants de cycles supérieurs de la Faculté des arts. «C'est une première, souligne Jean-Christian Pleau, doyen de la Faculté. Les étudiants inscrits à des programmes en lien avec les arts visuels auront le statut de membre du MBAM, ce qui leur donnera un accès gratuit et illimité aux collections permanentes et aux expositions temporaires.» Ils pourront aussi assister à des activités spéciales, à des conférences et des vernissages d'exposition, et recevront sans frais la revue du musée. «Cette nouvelle collaboration permettra aux étudiants d'avoir un contact assidu avec l'une des grandes institutions culturelles montréalaises, que ce soit en lien direct avec leurs projets de recherche et d'études, ou simplement pour s'ouvrir à de nouveaux horizons», note Jean-Christan Pleau.

Cet accord a été rendu possible grâce à la signature, en août dernier, d'une entente-cadre entre les deux institutions, visant à renouveler pour une durée de cinq ans un partenariat établi en 2012. «Il y a toujours eu des collaborations ponctuelles entre des professeurs de l'UQAM et le MBAM, rappelle le doyen. L'entente de 2012 a permis de dresser la table pour amorcer un rapprochement institutionnel entre les deux établissements. Maintenant, tant l'UQAM que le musée souhaitent donner un caractère plus étroit à leur collaboration en développant des ententes complémentaires autour de projets spécifiques.»

Étudiants visés par l'entente

Les étudiants visés par l'entente avec le MBAM sont ceux inscrits à des D.E.S.S. et à des programmes de maîtrise et de doctorat dans les domaines d'études suivants: arts visuels et médiatiques, muséologie, architecture moderne et patrimoine, histoire de l'art, sémiologie, étude et pratique des arts, design d'événements, design de l'environnement et enseignement des arts.

Dans le cadre de la nouvelle entente, le MBAM s'engage aussi à fournir gratuitement des espaces d'enseignement à la Faculté des arts. «Nos professeurs pourront, sur une base ponctuelle, donner des cours au musée, note Jean-Christian Pleau. On peut imaginer, par exemple, qu'un groupe se déplace après un exposé pour voir des œuvres dans une des salles d'exposition, puis retourne en séminaire pour en faire l'analyse.»

L'entente constitue un projet-pilote et sera en vigueur jusqu'au 31 août 2019. «Des discussions sont en cours pour que ce projet s'inscrive dans une démarche à long terme et les échanges se poursuivent sur d'autres projets de collaboration», confie le doyen.

Ce dernier siégera au Comité éducation du MBAM à titre de représentant du milieu universitaire. «Présidé par le mécène Michel de la Chenelière, membre du Conseil d'administration du musée, ce comité réunit aussi des représentants des commissions scolaires et des cégeps, précise Jean-Christian Pleau. Lieu d'échanges autour de projets de collaboration, il agit en tant qu'interface entre le MBAM et les acteurs du milieu de l'éducation.» Selon le doyen, le musée accorde de plus en plus d'importance à ses liens avec les universités. «Il s'inspire, notamment, du modèle de l'École du Louvre, à Paris, un musée universitaire centré sur l'histoire de l'art et la muséologie.»

Symposium art et santé

Autre exemple de collaboration, le MBAM et la Faculté des arts organisent le premier symposium  Art, santé et mieux-être : échanges à partir de recherches diversifiées, qui se tiendra à l'auditorium Maxwell Cummings du musée, le 9 novembre prochain, de 9 h 30 à 17 h. Les professeures Mona Trudel (arts visuels et médiatiques), Sylvie Fortin (danse), Carole Marceau (théâtre) et Adriana de Oliveira (arts visuels et médiatiques), en collaboration avec des psychiatres et médecins du CHUM et de l'hôpital Notre-Dame, y présenteront les résultats préliminaires d'une recherche intitulée «La contribution de l'art au rétablissement de personnes marginalisées». L'objectif de la recherche est de de comprendre le sens que prennent des activités artistiques – arts visuels, danse, musique, théâtre – pour des personnes en situation d'itinérance et des personnes présentant des problèmes de santé mentale ou de toxicomanie.

Deux autres équipes de chercheurs, dirigées par les médecins Howard Steiger (Institut Douglas) et Patricia Garel (CHU Ste-Justine), présenteront leurs travaux. Ceux-ci portent sur l'impact de l'art thérapie chez des patients atteints de troubles alimentaires et sur l'évaluation du programme Espace Transition au MBAM, lequel utilise différentes formes d'expression artistique pour encourager la réadaptation et réduire la stigmatisation de jeunes atteints de troubles mentaux.

Des partenaires naturels

Pour la Faculté des arts, il est important de tisser des liens avec les acteurs de la scène culturelle montréalaise. «Cela fait partie de notre mission, souligne Jean-Christian Pleau. Offrant des activités hautement pertinentes pour nos étudiants, les institutions culturelles à Montréal sont des partenaires naturels. C'est vrai pour le MBAM, mais aussi pour le Musée d'art contemporain, la Place des Arts, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, les théâtres et les ensembles musicaux.»

Ainsi, dans le cadre des célébrations entourant les 50 ans du rapport Rioux sur l'enseignement des arts au Québec, organisées par la Faculté des arts en collaboration avec la Faculté des sciences de l'éducation, un colloque se tiendra à la Place des Arts et à la Grande Bibliothèque les 15 et 16 novembre prochains sous le thème «La culture à l'école sous l'angle des arts et de la littérature».  

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE