Recréer un monde intellectuel

Un site web propose de reconstruire la bibliothèque du Collège royal de La Flèche, l'un des centres intellectuels de la modernité.

15 Mai 2018 à 16H30

Buste du philosophe René Descartes dans la bibliothèque du Prytanée militaire de France, où logeait autrefois le Collège royal de La Flèche. Photo: Site web du projet La Flèche

Peu de gens ont entendu parler du Collège royal de La Flèche, situé dans un petit village de la région de la Loire, en France. Fondé en 1603 par le roi Henri IV, cet établissement dirigé par les Jésuites a été l'un des grands centres intellectuels de la modernité en Europe, aux 17e et 18e siècles.

Pour témoigner des transformations philosophiques, scientifiques, religieuses et culturelles ayant marqué la période moderne, le professeur du Département de philosophie Dario Perinetti a conçu un site web voué à la reconstruction de la bibliothèque du fameux collège. Lancé en avril dernier, le site a été développé en collaboration avec les doctorants en philosophie Aline Medeiros Ramos et Manuel Vasquez, et le Service des bibliothèques de l'UQAM.

Édifice qui abritait jadis le Collège royal de La Flèche. Photo: Site web du projet La Flèche

Transformé aujourd'hui en une école préparatoire pour les académies militaires, appelée le Prytanée national militaire de France, le Collège royal de La Flèche a formé une élite intellectuelle, dont faisaient partie de grands philosophes, tels que René Descartes (1596-1650) et Marin Mersenne (1588-1648). «Le philosophe écossais David Hume (1711-1776) l'a également fréquenté et y a écrit Le traité de la nature humaine, l'une des œuvres phares du siècle des Lumières, rappelle Dario Perinetti. La vie intellectuelle des Jésuites était importante. Ils avaient des disputes théologiques et morales avec les Jansénistes et menaient des débats, entre autres sur la "nouvelle science", défendue par Descartes et Newton. »

L'institution était aussi un lieu de rencontre entre l'Europe, les Amériques et l'Asie. Plusieurs figures centrales des premières décennies de la Nouvelle-France et de l’Acadie ont étudié ou enseigné au collège de La Flèche. «C'est le cas de François Montmorency de Laval, premier évêque de la colonie, de Jérôme Le Royer de la Dauversière, promoteur de la fondation de Montréal, ainsi que de nombreux missionnaires jésuites, dit le professeur. La fondation de Montréal a été conçue, en quelque sorte, à La Flèche.»

Sur le plan des idées, l'influence du collège s'est manifestée à travers la formation particulière qu'offraient les Jésuites. «Ceux-ci avaient conçu le fameux Ratio Studiorum, un plan d'études très rigoureux et bien structuré qui orientait l'enseignement de la philosophie, de la rhétorique, des textes anciens, des mathématiques, des sciences et de la théologie», note Dario Perinetti.

Une bibliothèque historique

La bibliothèque du Prytanée militaire de La Flèche est aujourd'hui la dépositaire d’une grande partie de l’ancien fonds de la bibliothèque des Jésuites. On y trouve 964 ouvrages portant l'exlibris de l'ancienne bibliothèque.  

«La bibliothèque du Collège de La Flèche contenait des collections importantes d'ouvrages de théologie et de philosophes anciens, grecs et latins, souligne le professeur. Puis, le fonds a grandi et s'est diversifié au 18e siècle, faisant place à des textes de philosophes modernes, dont plusieurs traitent de controverses entre Jésuites et Jansénistes, entre les Anciens et les Modernes, entre cartésiens et aristotéliciens. Des ouvrages racontent aussi les périples hasardeux des missionnaires jésuites en Orient et dans les Amériques.»

Après la transformation du collège en école militaire, en 1808, la bibliothèque sombre plus ou moins dans l'oubli. «Heureusement, il existait un manuscrit, connu seulement d'une poignée de personnes, qui contenait l'inventaire de l'ancienne bibliothèque», indique Dario Perinetti.

Décrire la vie des idées

Le site web mis en place par le professeur et ses assistants s'adresse aux chercheurs en sciences sociales et humaines intéressés par l'histoire des idées modernes. Il vise d'abord à reconstruire l'univers intellectuel du collège et de sa bibliothèque. «Pour le moment, la reconstruction se base sur le manuscrit, qui contient les catalogues de l'ancienne bibliothèque, et sur l'étude des livres qui subsistent dans la bibliothèque du Prytanée militaire à La Flèche, précise le chercheur. À partir de ces deux éléments, de certains ouvrages du 19e siècle qui retracent l'histoire du collège et d'autres sources, on peut imaginer la vie de l'époque, mieux comprendre comment l'éducation a évolué au cours des 17e et 18e siècles, comment sont nées et se sont développées les controverses intellectuelles.»

Le manuscrit favorisera des découvertes intéressantes, comme celles ayant trait à la littérature sur les voyages, ce qui permettra d'identifier les connaissances transmises par les Jésuites en matière de science, de philosophie et de cultures orientales. D'autres chercheurs pourront s'intéresser aux liens entre le collège et la Nouvelle-France.

Bibliothèque du Prytanée militaire de La Flèche. Photo: Site web du projet La Flèche

L'autre objectif  du site est d'établir une édition savante et critique du manuscrit, en proposant trois représentations différentes du texte. La première est consacrée à la reproduction des pages du manuscrit à l'aide d'images numérisées, la seconde consiste en une transcription dite diplomatique, reproduisant tel quel le texte source, et la troisième repose sur une transcription normalisée, qui permet d'interpréter le texte, d'identifier les ouvrages répertoriés dans le catalogue et d'en donner une description bibliographique.

Dario Perinetti se réjouit de l'intérêt scientifique que suscite le projet. «Même si le site a été lancé récemment, dit-il, nous avons déjà reçu de nombreuses requêtes de chercheurs en provenance d'Europe, des États-Unis et du Moyen-Orient.»

PARTAGER
COMMENTAIRES 1 COMMENTAIRE

Commentaires

Quel extraordinaire projet! Reconstruire une époque, une ambiance, autour d'une bibliothèque, autour des idées. Voilà de quoi inspirer la nôtre, notre époque!