Dix actions prioritaires en 100 jours

La nouvelle rectrice, Magda Fusaro, présente son programme aux membres de la communauté universitaire.

29 Janvier 2018 à 13H52

La rectrice Magda Fusaro. Photo: Nathalie St-Pierre

Les places libres étaient rares au studio-théâtre Alfred-Laliberté, le 24 janvier dernier. Plusieurs membres de la communauté universitaire s'étaient déplacés pour assister à l'allocution inaugurale de la nouvelle rectrice, Magda Fusaro, qui a présenté 10 actions prioritaires à entreprendre au cours des premiers mois de son mandat. «Vous reconnaîtrez dans le programme "Une communauté, 10 actions, 100 jours" les thèmes que j'ai défendus l'automne dernier lors de la course au rectorat, a déclaré la rectrice. Un programme articulé autour de nos valeurs.»

Magda Fusaro a appelé la communauté à participer au déploiement des actions proposées. «Nous aurons à collaborer tous ensemble pour les mener à terme», a-t-elle souligné, ajoutant qu'il fallait profiter de cette période pour réfléchir sur les grands enjeux auxquels l'UQAM est confrontée et sur son rôle dans la société.

Une université pour les étudiants

La rectrice a rappelé l'engagement de l'UQAM et de sa Fondation pour que le tiers des montants recueillis – 33 millions de dollars – dans le cadre de la campagne majeure de financement, lancée la semaine dernière, soit dédié exclusivement aux bourses pour les étudiants. Elle a insisté sur l'importance de se doter d'un plan d’action pour une éducation inclusive, qui tienne compte des besoins des étudiants en situation de handicap, des étudiants étrangers et autochtones ainsi que des étudiants parents. «Nous devons accorder une attention particulière aux communautés LGBTQ, a-t-elle indiqué, et favoriser une meilleure communication entre la direction et les associations étudiantes.»

En matière d'enseignement en ligne, Magda Fusaro a mentionné l'existence d'un projet pilote, d'une durée de trois ans, proposé par le Vice-rectorat aux systèmes d’information, portant sur la formation en mode présentiel enrichi, hybride, bimodal et à distance.

Mieux reconnaître et valoriser l’implication étudiante (initiatives scientifiques, artistiques ou sociales), tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'UQAM, fera l'objet d'une réflexion collective.

Nouvel essor pour la recherche et la création

Un Vice-rectorat à la recherche, à la création et à la diffusion sera créé en remplacement de l’actuel Bureau de la vice-rectrice à la Recherche et à la création. L'ajout d'un volet «diffusion» n'est pas anodin. «Cela témoigne de la volonté de l’UQAM de mettre le savoir et la culture à la disposition des collectivités», a-t-elle souligné. La Politique de la recherche et de la création (no 10) sera par ailleurs révisée.

La réflexion sur le soutien aux unités interdisciplinaires de recherche, les instituts notamment, figure à l'agenda, de même que l’élaboration d’une stratégie concertée pour favoriser la contribution de l’UQAM à l'innovation scientifique, sociale et culturelle.

Ressources humaines: un enjeu phare

La rectrice compte également mettre sur pied un Vice-rectorat au développement humain et organisationnel, lequel permettra de regrouper l’ensemble des unités et services aujourd’hui répartis dans trois vice-rectorats. «Les enjeux liés au développement humain et organisationnel sont prioritaires, a déclaré la rectrice. L’université n'est pas seulement un milieu de travail et d’études, mais aussi un milieu de vie. Il est donc important d’élargir la mission de ce vice-rectorat à toute la communauté, en le dotant de responsabilités en matière d’environnement, de prévention de la violence, de promotion de la santé physique et mentale, de formation et de reconnaissance du personnel.»

Photo: Nathalie St-Pierre

Un milieu de vie sain et écoresponsable

La politique contre le harcèlement sexuel (n° 16) est en voie de finalisation et la politique contre le harcèlement psychologique (n° 42) sera revue, a dit Magda Fusaro.

La rectrice a lancé un appel à de nouvelles initiatives en matière d’environnement et de développement durable et a salué le Comité institutionnel d’application de la politique en matière d’environnement, récemment mis sur pied. Elle a cité en exemple les projets de verdissement des espaces collectifs grâce au Fonds vert de l'UQAM, ainsi que le partenariat avec le service d'autopartage Communauto et les ventes d'ordinateurs usagés pour la création de bourses.

Présente sur le terrain

«Plusieurs le savent, j’aime être sur le terrain, a déclaré Magda Fusaro. J'aurai des rencontres régulières avec les exécutifs des syndicats et des associations, avec les directions de département et le personnel cadre.»

Magda Fusaro a déclaré vouloir militer pour une meilleure reconnaissance des unités de base à l'UQAM, notamment par la mise en place de tables de concertation qui permettront de cibler les changements prioritaires en 2018. Elle a aussi plaidé en faveur de modes de fonctionnement simplifiés et plus efficaces. 

La rectrice entend favoriser le dialogue, la concertation et la collégialité. Quant à l'imputabilité, «ultimement, elle m’appartient», a-t-elle indiqué. «Il s'agit ici de prendre les décisions qui s'imposeront avec les membres du Conseil d'administration.»

Rayonnement et positionnement de l’Université

«Osons l’UQAM» était le thème de la campagne de Magda Fusaro au rectorat. Autour de ce thème, elle souhaite publier sur un site web les témoignages de tous ceux qui ont l'UQAM à cœur: diplômés, étudiants, professeurs, chargés de cours, maîtres de langue, cadres, employés de soutien et partenaires.

Une stratégie de positionnement de l'UQAM et de mise en valeur des réalisations des membres de sa communauté à l’échelle municipale, provinciale, nationale et internationale sera déployée, a annoncé la rectrice, qui a bien l'intention de profiter de toutes les tribunes – médias, conférences, missions à l'étranger, rencontres avec des représentants gouvernementaux, notamment.

«N'oublions pas notre jubilaire en 2019, année du 50e anniversaire de l'UQAM, a insisté Magda Fusaro. Avril 2019, c’est demain matin! Des appels seront lancés pour recueillir vos idées et suggestions.»

Photo: Nathalie St-Pierre

Une campagne ambitieuse

La campagne de financement de la Fondation de l'UQAM, «100 millions d’idées», qui a déjà permis de recueillir 35 millions de dollars, représente un engagement inédit. «Nous n’avons jamais été aussi ambitieux», a souligné la rectrice.

Atteindre l'objectif de 100 millions de dollars d'ici les cinq prochaines années permettra de créer de nouveaux programmes de bourses pour les étudiants; de doter les bibliothèques et laboratoires d’équipements sophistiqués et de technologies de pointe; de mettre sur pied des chaires de recherche pour éclairer les enjeux éthiques, sociaux ou environnementaux; de moderniser les espaces d’enseignement et de diffusion culturelle ainsi que les lieux de vulgarisation scientifique; de mettre en place un nouveau centre de création et d’expérimentation; d’agrandir et de rénover les installations sportives; d'aménager les pavillons et les espaces publics; et de soutenir une diversité de projets.

Transparence des budgets et des états financiers

La situation budgétaire et financière de l'Université constitue un enjeu clé, a rappelé la rectrice, qui propose la création de groupes de travail en matière de gestion financière et une démarche d’accompagnement pour l’élaboration des budgets dans les unités de base.

Magda Fusaro préconise une présentation simplifiée et accessible des états financiers d’une part et, d’autre part, du budget ou de la planification et de la préparation du budget – deux exercices à ne pas confondre. «Nous devons réfléchir à notre mode d'attribution et de gestion des ressources financières. C’est un exercice stimulant et je compte sur l’ensemble des unités pour contribuer à cette analyse, laquelle sera pilotée par les Services financiers.»

Internationalisation de l’UQAM

Pour développer l'internationalisation de l'Université, la rectrice propose différentes mesures: relancer le comité-conseil pour le développement international; établir les priorités et les grandes orientations au regard des enjeux internationaux; mettre en œuvre un service d’accompagnement pour les professeurs, maîtres de langue, chargés de cours et étudiants; définir des priorités et des critères d’évaluation pour l’approbation des projets; mettre à jour la politique internationale (no 43).

Le renforcement du rôle des instituts et des centres et groupes de recherche, tels que l’Institut d’études internationales de Montréal, la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques et les Chaires UNESCO, sera à l'ordre du jour.

Au cours de la période d'échanges avec l'assistance qui a suivi l'allocution, des membres de la communauté ont fait part de leurs préoccupations relativement à la situation financière et budgétaire de l'UQAM, à la situation des chargés de cours, à la création de nouveaux postes de professeurs, à l'équité salariale, aux efforts de prévention en matière de santé et de sécurité, et à la reconnaissance de l'implication étudiante sur les scènes locale et internationale.

La vidéo de l'allocution est en ligne sur le site d'UQAM.tv.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE