Pérennité du mythe

La revue Religiologiques consacre son dernier numéro à diverses manifestations contemporaines du mythe.

17 Mai 2018 à 11H02

Le plus récent numéro de Religiologiques, la revue du Département de sciences des religions, met en lumière les liens étroits qui unissent les études littéraires et la recherche sur le mythe contemporain. Les collaborateurs de la revue s'intéressent moins à la nature du mythe qu'à son langage, à sa transmission et à sa transformation.

 

L'un des articles, «Origines d’un mythe, mythe des origines: l’américanité des commencements dans La saga des Béothuks de Bernard Assiniwi», porte sur la figure de l’Amérindien qui accompagne la métamorphose de l’Européen en homme du Nouveau Monde. Un autre texte s’intéresse au thème mythologique de la cosmologie dans les écrits du romancier Sylvain Trudel, alors que la pérennité du mythe de Méduse, en tant que figure féminine, est analysée dans quatre œuvres littéraires différentes.

D’autres aspects culturels sont aussi abordés dans ce numéro. Ainsi, la figure du zombie, figure contemporaine néanmoins ancrée dans une mémoire et un savoir aux origines lointaines, est explorée en lien avec le concept de société du risque. Enfin, les mouvements et transformations du mythe dans l’espace et le temps sont abordés dans un article s’intéressant aux changements et constantes observables dans les manifestations de l’Halloween au Québec.

En parcourant l’ensemble des textes, «on constate à quel point le recours au passé, la quête des origines, les besoins identitaires et les considérations symboliques animent encore nos contemporains», écrit Geneviève Pigeon, chargée de cours au Département de sciences des religions et responsable du numéro.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE