Le mammouth est de retour

L'entreprise Ululab, fondée par deux diplômés, lance la suite du jeu Slice Fractions.

24 Janvier 2018 à 11H07

Image tirée du jeu Slice Fractions 2

L'entreprise Ululab, cofondée par les diplômés François Boucher-Genesse (M.A éducation, 2012) et Jean-Guillaume Dumont (B.A. communication, 2006; B.Ed. éducation préscolaire et enseignement primaire, 2010; M.A. éducation, 2012) vient de mettre sur le marché Slice Fractions 2, la suite du jeu qui leur a valu depuis 2014 une mention «Coup de cœur» dans l'App Store d'Apple.

Slice Fractions propose aux enfants de 6 à 12 ans de relever des défis dans un univers coloré peuplé de personnages attachants, dont un sympathique mammouth qui aime les chapeaux. Le premier jeu était consacré à la découverte des fractions. La suite permet aux joueurs d'apprivoiser de nouveaux concepts avec de nouvelles mécaniques de jeu. «Il ne s'agit plus uniquement de scinder des blocs de glace pour résoudre les équations et poursuivre l'aventure, mais aussi d'interagir avec des créatures qui introduisent des concepts comme l'addition et la multiplication de fractions», explique François Boucher-Genesse.

Le professeur Stéphane Cyr, du Département de mathématiques, a été impliqué dans l'aventure depuis ses débuts à titre de consultant didactique et scientifique. «Je m'intéresse au développement conceptuel du jeu, c'est-à-dire que je veille à ce que les apprentissages s'effectuent selon une progression logique calquée sur les approches pédagogiques utilisées dans les salles de classe», explique le chercheur.

Au cours de la dernière année, Stéphane Cyr a testé tant et plus Slice Fraction 2 comme il l'avait fait avec le premier jeu. «Les concepteurs devaient rendre visuellement dynamiques des concepts numériques abstraits, et ce, sans explications verbales, poursuit-il. Et ils y sont une fois de plus parvenu avec brio!»

Analyser le succès d'un jeu

Il y a plusieurs façons d'analyser le succès d'une application ludique comme Slice Fractions, note François Boucher-Genesse. «Si on veut jauger la satisfaction des clients, il faut regarder les notes qui nous sont attribuées sur l'App Store. Avec une note moyenne de 4.9 sur 5, la réception du nouveau jeu est déjà meilleure que celle obtenue pour le premier», dit-il fièrement.

Il est trop tôt pour évaluer les ventes de cette deuxième mouture, car contrairement aux jeux vidéo traditionnels, qui mettent le paquet lors du lancement afin de générer des ventes, une application comme Slice Fractions, à la fois jeu et outil pédagogique, mise sur une stratégie marketing de longue durée. «Notre jeu garde sa pertinence d'année en année, au fil des cohortes d'élèves ou de parents qui souhaitent que leurs enfants s'amusent en apprenant les fractions», souligne son créateur.

L'efficacité du jeu, elle, est mesurée par des professeurs comme Stéphane Cyr. Avec son collègue Martin Riopel, du Département de didactique, celui-ci avait mené il y a quelques années une étude auprès d'élèves de troisième année du primaire démontrant que Slice Fractions améliorait significativement la performance des élèves en mathématiques, et cela, en un temps record. «Le jeu était plus efficace qu'un enseignement traditionnel!», rappelle le chercheur qui souhaite mener une nouvelle étude avec Slice Fractions 2, cette fois auprès d'élèves de quatrième année. «Nous tenterons de valider l'efficacité sur les apprentissages, mais aussi certaines hypothèses sur les raisons du succès du jeu», précise-t-il.

Un autre projet en chantier

Pendant ce temps, Ululab travaille déjà à un autre projet. «Nous développons un nouveau jeu sur l'apprentissage des chiffres et des nombres, pour les jeunes du primaire», dévoile François Boucher-Genesse.

Ce dernier ne cache pas l'ambition d'Ululab de conclure des ententes avec les établissements scolaires québécois. «Pour l'instant notre modèle d'affaires ne s'y prête pas, mais si nous produisons plusieurs applications ludiques mathématiques, cela pourrait changer la donne et faciliter une stratégie marketing auprès des écoles», dit-il.

«Des applications numériques, il en existe une tonne, précise pour sa part Stéphane Cyr, mais un jeu amusant comme Slice Fractions qui permet d'apprendre des concepts mathématiques et qui est conçu rigoureusement en respectant les progressions conceptuelles, c'est assez unique pour l'instant. Et c'est, selon moi, ce qui explique son succès: le jeu est efficace parce qu'il est bien construit!»

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE