Hommage à une pionnière

En l'honneur de sa fondatrice et professeure émérite, le Département de musique inaugure la salle Marcelle-Corneille.

7 Mai 2018 à 15H37

Soeur Marcelle Corneille à la crérémonie d'inauguration de la salle qui porte son nom.Photo: Nathalie St-Pierre

Le local du Département de musique (F-3130) consacré à l’enseignement de la méthode d'éducation musicale Orff porte désormais le nom «Salle Marcelle-Corneille». Par cette désignation, le Département veut reconnaitre l’héritage légué par la professeure émérite sœur Marcelle Corneille, âgée de 95 ans, une pionnière de la pédagogie musicale au Québec.

Empreinte d'émotion, la cérémonie d'inauguration de la salle s'est déroulée le 4 mai dernier, en présence de sœur Marcelle Corneille, d'amis et de membres de sa famille, du doyen de la Faculté des arts Jean-Christian Pleau, de la directrice du Département de musique Isabelle Héroux, de membres du corps professoral et d'anciens étudiants de la professeure émérite. Une plaque commémorative en hommage à sœur Marcelle Corneille a également été dévoilée.

Un apport exceptionnel

Née à Montréal en 1923 d’un père belge et d’une mère française, Marcelle Corneille commence l’étude du piano dès l’âge de 5 ans et obtient un baccalauréat en musique en 1952, puis une licence en 1960, à l’École normale de musique de l’Institut pédagogique. Affiliée à l’Université de Montréal de 1926 à 1967, cette institution était reconnue comme un centre d’excellence en pédagogie musicale à Montréal. Marcelle Corneille y a enseigné de 1949 à 1976 et en est devenue la directrice en 1957.

Une formation pour tous

Fondée en 1976 par sœur Marcelle Corneille et rattachée au Département de musique, l'École préparatoire de musique est définie par l'UQAM comme «un service à la collectivité dans le domaine de l’éducation musicale». En plus de préparer les jeunes aux programmes de concentration en musique aux niveaux primaire, secondaire, collégial et universitaire, l’École offre des cours d’éveil musical pour les petits âgés de 3 et 4 ans ainsi que des classes de formation en musique pour les adultes. Sa programmation est reconnue par le ministère de l'Éducation.

Dirigée par le professeur du Département de musique Mathieu Lavoie, l'École offrira un camp musical de jour en juillet prochain. Celui-ci propose aux enfants et aux adolescents des activités leur permettant de s’amuser tout en développant leurs habiletés musicales, grâce à l’initiation à un instrument de musique ou au perfectionnement d’un instrument connu, et à la participation à la musique d’ensemble (chorale, percussion, grand ensemble). Les enfants ont accès aux laboratoires, instruments et studios du Département de musique. Ils sont accompagnés tout au long de leur parcours par des animateurs et des enseignants qualifiés

Photo: Nathalie St-Pierre

Lorsque la Congrégation de Notre-Dame l'invite à créer un programme pour les enfants de l’école maternelle de l’Institut pédagogique, elle se tourne vers les pédagogies musicales – presque inconnues à cette époque – élaborées par les compositeurs Orff, Martenot, Dalcroze et Kodály pour stimuler l’éveil des facultés musicales chez l’enfant. Par la suite, elle se rendra en Europe à plusieurs reprises pour travailler avec ces pédagogues. Aujourd'hui, l’enseignement musical selon la méthode Orff est encore dispensé dans les écoles primaires du Québec. Cette méthode figure également au cursus des étudiants en enseignement du Département de musique de l'UQAM et est au cœur de l’offre de cours proposée par l’École préparatoire de musique.

En 1964, sœur Marcelle Corneille a participé aux premières discussions avec le tout nouveau ministère de l’Éducation afin de valoriser les programmes d’enseignement de la musique dans la formation générale. Elle a aussi contribué aux travaux de la Commission d'enquête sur l'enseignement des arts dans la province de Québec (Commission Rioux), créée en 1966 par le gouvernement de Jean Lesage, dans la foulée du célèbre rapport Parent.

La professeure émérite a fondé le module de musique de l’UQAM et l'a a dirigé de 1969 à 1978. Pédagogue visionnaire et engagée, elle a exercé un impact majeur sur la formation des musiciens professionnels, mais aussi sur l’enseignement de la musique au Québec.

PARTAGER
COMMENTAIRES 1 COMMENTAIRE

Commentaires

Je veux d’abord rendre hommage à sœur Marcelle Corneille. Je demeure étonnée que votre article ne fasse nullement mention du chœur de l’UQAM qu’elle a fondé er confié au regretté Miklos Takacs, professeur de musique à l’UQAM et spécialiste de la méthode Kodaly. J’ai connu le chœur à ses débuts, j’en fais partie depuis 1989 et le chef actuel Pascal Côté, successeur de monsieur Takacs, nourrit notre mémoire à propos de la contribution de sœur Marcelle Corneille. Le chœur de l’UQAM compte environ 130 membres qui continuent par les répétitions et concerts de faire rayonner l’oeuvre de sœur Corneille.