Exposer en Autriche

Des étudiants membres du réseau Hexagram participent au festival international Ars Electronica.

31 Août 2018 à 13H22

 Louis-Philippe Rondeau, REVOLVE/REVEAL. Sept étudiants des Facultés des arts et de communication prrésentent leurs projets de recheche-création à l'exposition Taking Care.

Des étudiants des Facultés des arts et de communication membres d'Hexagram, le plus important réseau de recherche-création en arts médiatiques au Canada, participent à l'exposition Taking Care dans le cadre de l'événement Campus présenté au festival  international Ars Electronica, qui se déroule à Linz, en Autriche, du 6 au 10 septembre. Le réseau Hexagram regroupe des chercheurs-créateurs de six établissements universitaires – l'UQAM, l'Université Concordia, l'Université de Montréal, l'Université du Québec à Chicoutimi, l'Université McGill, et l'École de technologie supérieure (ETS) – ainsi que cinq organismes culturels montréalais et sept partenaires internationaux.

Créé en 1979, Ars Electronica est l’un des plus importants festivals d'art médiatique et numérique au monde. Il rassemble quelque 1 000 artistes, chercheurs et  professionnels. Depuis 2002, le festival, en partenariat avec l’Université d’art et de design de Linz, accueille chaque année Campus, qui réunit les œuvres de jeunes artistes associés à un établissement d’enseignement supérieur ayant une approche novatrice en enseignement des arts et de la culture médiatique.

«Cette année, Ars Electronica a demandé au réseau Hexagram de prendre en charge l'organisation de Campus, lequel offre une vitrine internationale aux créations d'étudiants et aux pratiques d'enseignement des arts médiatiques», explique l'étudiante Lorène Chesnel, responsable des communications au sein de l'équipe coordonnatrice de l'événement. «À travers Hexagram, dit-elle, le Québec aura pour la première fois une présence institutionnelle majeure au festival.»  

Au total, 23 artistes, dont 7 de l'UQAM, présentent leurs œuvres et leurs projets de recherche-création, dans certains cas réalisés en collaboration avec des professeurs. Leurs propositions prennent différentes formes: œuvre achevée (installation visuelle, performance sonore, vidéo interactive), projet en cours (prototype, maquette) et documentation d'une œuvre ou d'un projet (vidéo, photos, livre, etc.). «À la croisée de questions éthiques et esthétiques, les projets de l'expositon Taking Care se veulent investigateurs, souligne Anna Kerekes, doctorante en études et pratiques des arts à l'UQAM et commissaire de l'exposition. Ils mettent en doute notre appréhension du monde dans notre quête et nos efforts pour le comprendre. Ils entremêlent des questions liées à l'histoire, au récit d'expériences ainsi qu'à la matérialité et aux représentaions non-humaines.»

Le professeur de l'Université Concordia Christopher Salter, codirecteur d'Hexagram et instigateur de l'exposition, a collaboré au commissariat de l'édition 2018 de Campus. Une équipe formée de cinq étudiants de l'UQAM, de l'Université de Montréal et de l'Université Concordia a veillé à l'organisation de l'exposition, sous la coordination de Marine Theunissen, également doctorante en études et pratiques des arts.

Les Uqamiens qui exposent leurs travaux sont Eugenia Reznik (doctorat en études et pratiques des arts), Louis-Philippe Rondeau (doctorat en communication),Sylvie Chartrand (doctorat en études et pratiques des arts), Guillaume Arseneault (maîtrise en communication, concentration recherche-création en media expérimental), Faye Mullen (doctorat en études et pratiques des arts), Marine Theunissen et Marc-André Cosette (maîtrise en communication, concentration recherche-création en media expérimental) en collaboration avec la diplômée Axelle Munezero (B.A. danse, 2014).

On peut visionner ici la vidéo sur le projet d'exposition Taking Care.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE