Clit-moi, le jeu sans tabou

Des étudiants réalisent un jeu interactif pour en apprendre davantage sur le plaisir féminin.

4 Mars 2019 à 15H06

Image tirée du jeu Clit-moi.Photo: ONF

L’Office national du film du Canada (ONF), en collaboration avec l’UQAM, lance Clit-moi, un jeu interactif sur téléphone intelligent qui permet d’en apprendre davantage sur le plaisir féminin. À la fois ludique et éducative, l’application mobile permet aux utilisateurs de découvrir ce qui fait plaisir à leur avatar-clitoris (!) en testant différents mouvements. Le lancement du jeu coïncide avec la tenue de la Journée internationale des femmes le 8 mars prochain.

Le projet a été réalisé par la deuxième cohorte de l’école interactive Jeunes pousses qui est formée des étudiants Léa Martin et Maude Fraser, du baccalauréat en communication/journalisme, Laurence Gélinas et Vincent Paradis, du baccalauréat en communication/médias interactifs, Audrey Malo et Catherine Sabourin, du baccalauréat en design graphique, Noémie Beaulac, du baccalauréat en communication/télévision, et Stéphanie Dupuis, de la maîtrise en communication (études médiatiques).

Avec une direction artistique colorée, Clit-moi propose une véritable expérience tactile sur téléphone mobile. Une vidéo d’introduction, réalisée en animation image par image de pâte à modeler, présente l’anatomie du clitoris. Après avoir personnalisé son avatar, le joueur doit apprendre à satisfaire le clitoris dans le but d’atteindre les cinq paliers (et l’orgasme!) pour ainsi déverrouiller du contenu et des statistiques afin d’en apprendre davantage sur la satisfaction sexuelle féminine.

Les Uqamiens ont eu l’idée de concevoir Clit-moi après avoir pris connaissance du «fossé orgasmique» (orgasm gap) entre les hommes et les femmes. Selon une étude parue en 2014 dans The Journal of Sexual Medicine, 85 % des hommes hétérosexuels parviennent à l’orgasme lors d’une première relation sexuelle entre de nouveaux partenaires, contre seulement 62% des femmes. Chez les femmes lesbiennes, le pourcentage s’élève à 75 %. Contrairement au pénis, dont tout le monde ou presque connaît l’anatomie, le clitoris demeure un organe méconnu – ce n’est qu’en 2015 que la première modélisation 3D d’un clitoris a vu le jour.

D’une durée de neuf semaines, l’école interactive ONF x UQAM permet à huit étudiants, provenant de différents programmes offerts à l’Université, de travailler ensemble pour développer une nouvelle création au Studio des productions interactives de l’ONF, sous la direction du producteur exécutif Hugues Sweeney (M.A. communication/multimédia interactif, 2005) et de la chargée d’édition du Studio Valérie Darveau (B.A. communication/ journalisme, 2014). Chaque participant reçoit une bourse de 1000 dollars pour travailler au projet.

Une troisième cohorte de l’école interactive Jeunes pousses réalisera cet été une expérience interactive sur le thème des changements climatiques et de l’adaptation d’une ville comme Montréal à cette réalité.

PARTAGER
COMMENTAIRES 6 COMMENTAIRES

Commentaires

Le projet est mené par 7 étudiantes et 1 étudiant et on n'arrive même pas à féminiser le texte?
J'appuie! De plus, il me semble que l'UQAM a une politique de féminisation.
J'appuie aussi!
J'approuves aussi les 2 commentaires plus haut. On ne peu plus justifier la masculinisation d'un texte du fait que que ça crée un texte trop lourd à lire.
Je n'ai pas de cell. donc je (nous) suis exclues du jeu! Je trouves cela dommage!
Article au contenu fort intéressant. Merci! Mais la rédaction au masculin est inadmissible et choquante.