Une étoile à nommer

Pierre Chastenay invite le public à participer à un concours pour nommer une étoile et son exoplanète.

7 Août 2019 à 10H24

Une géante gazeuse à l'image de HD 136418 b, l’exoplanète attribuée au Canada pour le concours.Photo: Getty images

En l’honneur du 100e anniversaire de l’Union astronomique internationale (UAI) –l’organisme international qui réglemente la désignation des objets astronomiques –, une centaine de pays à travers le monde sont invités à proposer des noms pour des exoplanètes et les étoiles autour desquelles elles tournent. Au Canada, c’est la Société canadienne d’astronomie (CASCA) qui est responsable de cette initiative et le professeur du Département de didactique Pierre Chastenay, astronome de formation, en est le porte-parole.

L’étoile et l’exoplanète dont le Canada a hérité s’appellent HD136418 pour l’étoile et HD 136418 b pour son exoplanète. «Pas les noms les plus romantiques qui soient!», remarque Pierre Chastenay. Le public canadien est appelé à participer au concours pour donner à ces corps célestes des noms plus significatifs. Ils ont jusqu’au 20 septembre pour soumettre leurs propositions.

«Depuis la plus haute antiquité, nous nommons les étoiles pour nous familiariser avec le ciel, rappelle le professeur. Ce concours est une excellente façon d’amener les gens à se reconnecter avec le ciel étoilé.»

La dénomination actuelle de l’étoile, une série de chiffres précédés des lettres H et D, suit la convention en vigueur selon le catalogue stellaire Henry Draper, du nom du célèbre astronome étasunien qui a été le premier à photographier le spectre d’une étoile en 1872. Pour désigner les exoplanètes en orbite autour d’une étoile, on ajoute simplement la lettre b au nom de l’étoile pour la première planète, c pour la seconde, et ainsi de suite.

Une exoplanète (parfois aussi appelée planète extrasolaire) est tout simplement une planète qui tourne en orbite autour d’une autre étoile que notre Soleil. Jusqu’au milieu des années 1990, les seules planètes connues étaient celles de notre propre système solaire, comme Mars, Vénus ou Saturne. Aujourd’hui, on a recensé plus de 4000 exoplanètes dans notre galaxie, et ce chiffre augmente sans cesse.

HD 136418, l’étoile attribuée au Canada, se trouve à environ 340 années-lumière de la Terre, dans la constellation du Bouvier. C’est une étoile jaune dont la température de surface est semblable à celle du Soleil. Sa planète, HD 136418 b, est une géante gazeuse un peu plus grosse que Jupiter. Vu sa composition, il y a peu de chance qu’elle soit habitable…

Pour choisir le nom de l’étoile canadienne et de son exoplanète, un comité de sélection composé d’experts de partout au Canada a été formé. «Ce comité aura pour mandat de dresser une courte liste de cinq à dix noms, qui non seulement représentent le mieux le Canada, mais qui respectent également les lignes directrices établies par l’UAI», explique Pierre Chastenay, soulignant qu’aucun nom commercial ou acronyme ne sera retenu et que les noms d’individus ne seront acceptés que si la personne est morte depuis plus de 100 ans. 

Le concours est ouvert jusqu’au 20 septembre 2019 et coïncide avec la Semaine canadienne de la culture scientifique, qui se tiendra cette année du 16 au 22 septembre. Une fois que le comité d’experts aura présélectionné des noms potentiels, le public pourra voter en ligne pour son nom préféré jusqu’à la mi-novembre.

On peut trouver d’autres détails sur le concours et le lien pour soumettre sa proposition, accompagnée d’un court texte justificatif, à l’adresse suivante: https://casca.ca/exoplanete.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE