Congrès d’études inuit

Le plus grand congrès au monde portant sur les communautés inuites se déroulera à l’UQAM.

24 Septembre 2019 à 16H19

Paysage d'Iqaluit, au Nunavut.Photo: Richard Compton

Quelque 700 personnes sont attendues au Complexe des sciences Pierre-Dansereau lors du 21e Congrès d'études inuit, qui se déroulera du 3 au 6 octobre prochains. L’événement international et multidisciplinaire regroupe des chercheurs universitaires, des artistes inuits, des praticiens de la santé et de l’éducation œuvrant auprès des communautés inuites, des décideurs, ainsi que des membres d’organismes, d’institutions et du gouvernement inuits. «C'est la plus grande conférence scientifique et culturelle au monde portant sur les Inuits et sur leurs territoires», précise le professeur du Département de linguistique Richard Compton, coorganisateur du congrès avec sa collègue de l’Université Concordia, la professeure d’histoire de l’art et inuk Heather Igloriorte.

Au programme: des conférences, des ateliers et des panels sur des sujets aussi variés que les médias et la littérature du Groenland, les Inuits en milieu urbain, les enjeux et les défis d’aménagement des communautés nordiques, l’enseignement de la langue inuktitut, la relation entre les chasseurs et leurs chiens et la sécurité alimentaire des populations nordiques. Des performances artistiques, une projection de films inuits, une foire aux livres, un marché artisanal, une tournée des galeries d’art et des expositions, dont celle provenant de la collection Premiers Peuples du musée McCord, complètent la programmation. «Le Congrès privilégie la participation des Inuits provenant de différentes communautés», explique le professeur, dont les recherches portent, entre autres, sur la langue inuktitut et sur les dialectes parlés au Nunavik, au Nunavut et dans les Territoires du Nord-Ouest. Richard Compton est le coauteur d’un dictionnaire de l'inuinnaqtun, un ouvrage documentant ce dialecte parlé dans les Territoires du Nord-Ouest. 

Le professeur Richard Compton à Ivujivik, au Nunavik.

Plusieurs Uqamiens se joindront aux conférenciers et aux panelistes invités. La professeure de l’École de travail social et membre du comité d'organisation du Congrès Shawn-Renee Hordyk discutera d’un projet de services de soutien pour les membres endeuillés de la communauté inuite au Nunavik et à Montréal (5 octobre, 16 h 15). Le professeur du Département d’études littéraires et titulaire de la Chaire de recherche sur l’imaginaire du Nord, de l’hiver et de l’Arctique, Daniel Chartier, participera à plusieurs conférences, dont l’une portant sur les littératures inuites (4 octobre, 9 h). Déjà présentée à Fermont et à Kuujjuaq, l’exposition itinérante Design circumpolaire proposera une trentaine de maquettes réalisées par des étudiants de la maîtrise en design de l’environnement dans le cadre d’un atelier donné par l’architecte et professeur à l’École de design Patrick Evans. Sa collègue, Judith Poirier, donnera un atelier destiné aux Inuits intéressés par lʼimpression typographique, au moyen du vocabulaire inuktitut (4 octobre, 9 h). «La présence de francophones au Congrès permettra sûrement de bâtir des liens avec les communautés inuites davantage portées vers la langue anglaise», espère Richard Compton. 

Des artistes, des artisans et des designers inuits mettront en vente leurs œuvres dans le cadre d’un marché artisanal qui aura lieu les 4 et 5 octobre à la Chaufferie (salle CO-R700). Le marché est ouvert gratuitement au public. Les livres publiés par les membres de la Chaire de recherche sur l’imaginaire du Nord, de l’hiver et de l’Arctique comptent parmi les volumes qui seront mis en vente dans le cadre de la foire du livre. Celle-ci se tiendra au même endroit durant toute la durée du Congrès. La soirée iNuit blanche, qui se déroulera le 3 octobre, proposera aux participants une tournée des galeries d’art inuites de Montréal.

Plusieurs personnalités prononceront des allocutions, dont Dalee Sambo Dorough (4 octobre, 10 h 45), présidente du Conseil inuit circumpolaire international (ICC International), Aaju Peter (4 octobre, 13 h 15), avocate, femme d’affaires et activiste, Alethea Arnaquq-Baril, réalisatrice du film primé en 2016 Angry Inuk (5 octobre, 10 h 45) et Natan Obed, président d’Inuit Tapiriit Kanatami, l’association des Inuits du Canada (6 octobre, 10 h 45).

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE