Experte en technologies

Corinne Gendron est élue vice-présidente du pôle Technologies, Économie et Sociétés de l'Académie des technologies de France.

4 Mars 2019 à 13H44

La professeure Corinne Gendron. Photo: Émilie Tournevache

La professeure du Département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale Corinne Gendron a été élue vice-présidente du pôle Technologies, Économie et Sociétés de l'Académie des technologies de France, dont elle ést membre depuis 2015. Établissement public placé sous la tutelle du ministre chargé de la recherche, l'Académie est composée de 316 membres: ingénieurs, industriels, agronomes, architectes, médecins, sociologues et économistes. Elle a pour mission de mener des réflexions, de formuler des propositions et d'émettre des avis sur les questions relatives aux technologies et à leur interaction avec la société dans de nombreux domaines: alimentation et santé, éducation, emploi et travail, environnement et impacts climatiques, etc.

Les académiciens sont élus dans le cadre d’une procédure de recrutement rigoureuse, qui prend en compte l’excellence des personnes et le rayonnement de leurs travaux en Europe et à l’international.

Détentrice d'un doctorat en sociologie de l'UQAM et juriste de formation, Corinne Gendron s'intéresse, notamment, aux questions de l'environnement et du développement économique et durable, à la responsabilité sociale des entreprises et aux systèmes de gouvernance dans un contexte de mondialisation. Elle a publié plusieurs ouvrages, dont Vous avez dit développement durable? et L'énergie au Québec: quels sont nos choix?, en collaboration avec Jean-Guy Vaillancourt. La professeure a été titulaire pendant une dizaine d'années de la Chaire de responsabilité sociale et de développement durable, laquelle s'intéressait aux transformations économiques et sociales des sociétés confrontées aux problèmes environnementaux.

Corinne Gendron préside les conseils scientifiques de l'Institut national de l'environnement et des risques (INERIS), un établissement public français, et de l'Institut français des sciences et technologies des transports, de l'aménagement et des réseaux (Ifsttar). En 2016, elle a été élevée au rang de Chevalier de l'Ordre national de la Légion d'honneur par le ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche de la France.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE