Déclarer l’urgence climatique

L'UQAM et neuf autres universités québécoises joignent le mouvement mondial pour lutter contre les changements climatiques.

24 Septembre 2019 à 15H55, mis à jour le 26 Septembre 2019 à 9H30

Photo: Getty/Images

À l’invitation du Réseau universitaire québécois en développement durable, l’UQAM et neuf autres universités québécoises joignent le mouvement mondial des établissements d’enseignement supérieur visant à déclarer une situation d’urgence climatique. Par cette déclaration, les universités reconnaissent la nécessité d’un changement social pour lutter contre la menace croissante des changements climatiques en prenant trois engagements fermes:

- atteindre la carboneutralité pour 2030, ou 2050 au plus tard;

- mobiliser davantage de ressources pour la recherche axée sur les mesures pour remédier aux changements climatiques et faciliter le développement de compétences;

- acccroître l’accès à l’éducation relative à l’environnement et au développement durable dans les programmes d’enseignement, sur les campus et dans les programmes de sensibilisation des communautés.

«La signature de cette déclaration s’inscrit dans le prolongement de la réflexion et des actions réalisées par l’UQAM depuis plusieurs années sur les enjeux liés au climat et les solutions pour y faire face, déclare la rectrice Magda Fusaro. L’Université vient ainsi renforcer son engagement à lutter contre les changements climatiques, en concertation avec d’autres établissements d’enseignement supérieur à travers le monde.»

Ce mouvement mondial a été lancé par The Alliance for Sustainability Leadership in Education (EAUC), Second Nature et l’Alliance pour la jeunesse et l’éducation du Programme des Nations Unies pour l’environnement. Il regroupe 45 réseaux en enseignement supérieur représentant 8 411 institutions sur 6 continents. En plus des institutions représentées par ces réseaux, 163 établissements d’enseignement supérieur ont signé la déclaration.

La déclaration sera officialisée et diffusée aux principaux responsables gouvernementaux et membres des médias lors de la Conférence des parties (COP 25) qui se déroulera du 2 au 13 décembre 2019 à Santiago, au Chili. Cette concertation entre plusieurs universités québécoises vient illustrer la nécessité d’agir collectivement face à ce défi de société. Les universités signataires entendent donc mettre tous les efforts nécessaires pour appuyer cet engagement avec des actions concrètes et mesurables en vue d’exercer un leadership au sein de leurs communautés.

Outre l’UQAM, les universités québécoises signataires de la déclaration sont l’Université de Sherbrooke, l’Université de Montréal, l’Université Laval, l’Université du Québec à Trois-Rivières, Polytechnique Montréal, HEC Montréal, l’École de technologie supérieure, l’Université Concordia et l’Université Bishop’s.

Activités sur l’environnement

Depuis le 23 jusqu’au 27 septembre prochain, le Syndicat des professeures et professeurs enseignants de l’UQAM (SPPEUQAM), anciennement connu sous le nom de Syndicat des chargées et chargés de cours de l’UQAM (SCCUQ), propose une série de cinq tables rondes ouvertes au public sur le thème de l’environnement. Ces tables rondes, qui sont diffusées en direct sur la page Facebook du syndicat, se tiennent au Salon orange du Centre Pierre-Péladeau.

Par ailleurs, le Syndicat des professeurs et professeures de l’UQAM (SPUQ) organise la conférence «Savoir et agir: l’UQAM et l’urgence environnementale», le jeudi 26 septembre, à 12 h 30, à l’Agora du pavillon Judith-Jasmin. La discussion réunira les professeurs René Audet et Cécile Bulle, du Département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale, Éric Pineault, du Département de sociologie, et Lucie Sauvé, du Département de didactique, tous membres de l’Institut des sciences de l’environnement.

Lors de la Journée mondiale pour le climat, le 27 septembre, l’Institut des sciences de l’environnement organisera, dès 9 h, différentes activités au Complexe des sciences, en collaboration avec La planète s'invite à l'UQAM. Toujours dans le cadre de la marche, le Département de danse en collaboration avec la chorégraphe et diplômée Sarah Dell'Ava (M.A. danse, 2012) présentera une œuvre chorégraphique reposant sur la rythmique cardiaque. Intitulée La danse du cœur, la pièce regroupe une trentaine de danseurs, dont des étudiants, des employés de soutien, des professeurs et des chargés de cours du Département de danse ainsi que des proches collaborateurs de la chorégraphe.

Dans le cadre de la conférence «La crise climatique et le futur des conflits», Bruno Charbonneau et Diego Osorio, respectivement directeur et membre du Centre FrancoPaix de la Chaire Raoul-Dandurand, de retour du Sommet Action Climat 2019 de l’ONU,  discuteront des défis soulevés lors du Sommet ainsi que des répercussions de la semaine internationale pour le climat. Organisée par le Centre FrancoPaix, la conférence aura lieu le 1er octobre à 12h30, à la salle A-4180.

Journée mondiale pour le climat

À l’instar de nombreux autres établissements d’enseignement supérieur, l’UQAM libérera les étudiantes et les étudiants le vendredi 27 septembre, de 12 h à 16 h, de manière à favoriser leur participation à la marche pour le climat prévue à Montréal. L’Université, qui joint ainsi sa voix au vaste mouvement de lutte contre les changements climatiques, demeurera ouverte.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE