Les tout-petits à l’honneur

Des capsules vidéos présentent le travail de chercheuses en petite enfance.

22 Novembre 2019 à 14H26, mis à jour le 22 Novembre 2019 à 15H00

Dans le cadre de la Grande semaine des tout-petits, du 17 au 23 novembre, l’équipe de recherche «Qualité des contextes éducatifs de la petite enfance» a lancé une série de cinq nouvelles capsules vidéo. D’une durée de deux minutes chacune, les capsules sont diffusées sur la Chaîne YouTube de l’équipe. Comme les cinq premières lancées en 2018, elle présentent divers thèmes de recherches menées par l’équipe. «L’objectif est de faire connaître nos recherches, d’en diffuser les résultats et de transmettre nos connaissances, explique Nathalie Bigras, professeure au Département de didactique et directrice scientifique de l’équipe. C’est aussi un bon moyen de promotion pour recruter de futures étudiantes.»

Les recherches sur la petite enfance (0-6 ans) sont moins reconnues que celles sur les enfants en milieu scolaire alors qu’elles sont tout aussi importantes, précise la professeure. Les vidéos s’adressent aux éducatrices et éducateurs, aux enseignantes et enseignants de classes de maternelle quatre et cinq ans, au personnel des ministères, aux directions des Centres de la petite enfance (CPE) et de garderies, aux conseillers et conseillères pédagogiques, ainsi qu’aux responsables de garderies en milieu familial.

Un contenu riche

Les professeures Nathalie Bigras et Annie Charron, du Département de didactique, Andréanne Gagné, du Département de didactique des langues, Geneviève Cadoret (M.Sc. kinanthropologie, 1991), du Département des sciences de l'activité physique, et la diplômée Joanne Lehrer (Ph.D. éducation, 2018), du Département des sciences de l’éducation de l’Université du Québec en Outaouais, ont participé aux nouvelles capsules.

Nathalie Bigras dresse un bilan positif du modèle pédagogique mis en place pour aider les enfants et les éducatrices de la Halte-garderie du cœur du Cégep de Saint-Hyacinthe. Cette garderie, qui accueille des enfants à besoins particuliers ou issus de familles vulnérables ou immigrantes, permet aux éducatrices en formation du Cégep de développer des habilités spécifiques pour mieux intervenir en milieu défavorisé. L’équipe de recherche a notamment procédé à l’évaluation complète du modèle pédagogique tout en identifiant les effets bénéfiques du modèle sur les enfants et leurs parents ainsi que sur les éducatrices.

Andréanne Gagné analyse l’impact des conditions familiales sur les moments de lecture parents-enfants. Les nouvelles recherches en éducation intègrent désormais l’affectivité, les émotions et les relations humaines dans les modèles théoriques sur l’apprentissage. «Les enfants sont d’abord et avant tout des êtres sociaux vivant plein d’émotions», fait-elle remarquer.

Geneviève Cadoret aborde l'importance de la motricité sur les apprentissages des tout-petits. «L’enfant a besoin d’expérience motrice pour faciliter son interaction avec le monde», affirme la chercheuse.

Annie Charron a visité des classes de maternelle quatre ans en milieu défavorisé afin de mesurer les effets de la qualité de l’enseignement sur le développement du langage et l’émergence de l’écriture. Les enfants ayant de meilleures chances de se développer ont un coin dédié à la lecture dans leur classe. Leurs enseignantes prennent aussi en compte leurs besoins et leurs points de vue.

Joanne Lehrer s’est intéressée aux enfants débutant la maternelle après leur parcours en garderie, en particulier ceux provenant de familles défavorisées. Cette période de transition peut se faire en douceur pour les enfants s’il existe, avance la chercheuse, une bonne collaboration entre les éducatrices et les parents, durant la préparation à l’école, puis entre ces derniers et les enseignantes, durant la transition en classe de maternelle.

L’équipe de recherche

Formée en 2007 et financée par le Fonds québécois de recherche sur la société et la culture (FQRSC) depuis 2009, l’équipe interuniversitaire regroupe une quinzaine de chercheuses provenant de différentes disciplines comme l’éducation, la kinanthropologie, les neurosciences et l’orthophonie. L’équipe de recherche a pour mission de développer des connaissances sur la qualité des divers contextes éducatifs dans lesquels les tout-petits évoluent (CPE, garderies, haltes-garderies, maternelles quatre et cinq ans, etc.) tout en influençant les politiques publiques québécoises afin qu’elles puissent mieux répondre à leurs besoins. L’équipe dispose également de plusieurs moyens de diffusion, dont une page Facebook, un site web, une veille informationnelle et une infolettre.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE