Dix ans de consommation responsable

Quelques écogestes inexistants en 2010 sont devenus pratique courante en 2019, selon l’Observatoire.

26 Novembre 2019 à 16H21

Photo: Getty Images

L’Observatoire de la consommation responsable (OCR) de l’ESG UQAM a dévoilé le 26 novembre la dixième édition de son Baromètre de la consommation responsable. «Il est intéressant de noter que certains écogestes, comme l’utilisation d'une bouteille d’eau réutilisable ou le refus des sacs de plastique en magasin, sont devenus pratique courante en 2019 alors qu’ils étaient presque inexistants en 2010», souligne le professeur du Département de marketing Fabien Durif, directeur de l’OCR.

On apprend également dans ce nouveau Baromètre que certains comportements alternatifs, telle la consommation collaborative, sont en forte progression. Cependant, les auteurs notent qu'à l'exception du compostage (dont la pratique est passée de 28 % à 38 % depuis 2010), la proportion de citoyens qui pratiquent intensément la consommation responsable n'a pas augmenté de manière significative au cours de la dernière décennie, et ce, malgré la visibilité sans cesse croissante des enjeux environnementaux dans l'actualité. Un seul comportement s’est implanté solidement dans les habitudes: le recyclage.

Vice-doyen à la recherche de l'ESG UQAM, Fabien Durif note également que le profil type du consommateur responsable a évolué. «Si on peut clairement affirmer que les femmes sont les "défricheuses" des tendances écoresponsables, on observe moins d’écarts qu’en 2010 à propos de la majorité des comportements entre les femmes et les hommes.»

Il y a 10 ans, les personnes de 45 ans et plus dominaient pour l’ensemble des comportements écoresponsables, mis à part le transport en commun (plus fréquent chez les 18 à 24 ans). «Aujourd’hui, il semble que chaque génération ait adopté des comportements qui lui sont propres», révèle Fabien Durif.

Faits saillants

Palmarès des organisations et des marques les plus responsables
Depuis 10 ans, Cascades se classe à la fois comme l’organisation et la marque perçue la plus responsable;

Popularité perceptible du «zéro déchet»
Les Québécois utilisent de plus en plus de contenants réutilisables et limitent l’achat de produits générant des déchets superflus;

Diminution des aliments à base de protéines animales
Une personne sur deux a réduit sa consommation de viande dans la dernière année, en particulier les femmes de scolarité universitaire âgées entre 18 et 24 ans, de la région de Montréal;

44 % ont réduit la consommation de viande en la remplaçant par autre chose, essentiellement des fruits, des légumes et des légumineuses;

47 % ont essayé dans la dernière année des substituts de viande (50 % les ont achetés à l'épicerie, Yves étant la marque la plus populaire devant Beyond Meat);

30 % les ont expérimentés au restaurant: A&W est la chaîne la plus populaire à cet égard;

Attrait des véhicules écologiques
34 % des répondants considèrent «très certainement» ou «certainement» l’achat d’un véhicule électrique ou hybride/hybride rechargeable, mais une partie importante est encore peu décidée sur le type de modèle.

On peut consulter tous les résultats du Baromètre de la consommation responsable 2019.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE