Don de 500 000 dollars de Bell

L’argent du programme Bell Cause pour la Cause servira à développer un projet de recherche en prévention du suicide.

17 Janvier 2019 à 12H31

Dominique Marquis, vice-doyenne aux études de la Faculté des sciences humaines, Pierre Bélanger, directeur général de la Fondation de l’UQAM, Magda Fusaro, rectrice de l’UQAM, Martine Turcotte, présidente, direction du Québec, de Bell, Brian Mishara, directeur du CRISE, et Jean‑Marc Eustache, président du Conseil d’administration de la Fondation de l’UQAM.Photo: Nathalie St-Pierre

Le programme en santé mentale Bell Cause pour la Cause, une initiative de Bell, a remis un don de 500 000 dollars au Centre de recherche et d’intervention sur le suicide, enjeux éthiques et pratiques de fin de vie (CRISE) de l’UQAM. Versé dans le cadre de la campagne de financement 100 millions d’idées, le don servira à développer un projet, le premier du genre, visant à prévenir le risque suicidaire en exploitant au maximum les outils de communication numérique d’aujourd’hui.

L’annonce a été faite le 17 janvier dernier en présence de Martine Turcotte, présidente, direction du Québec, de Bell, de Magda Fusaro, rectrice de l’UQAM, de Pierre Bélanger, directeur général de la Fondation de l’UQAM, de Jean‑Marc Eustache, président du Conseil d’administration de la Fondation de l’UQAM, et de Brian Mishara, directeur du CRISE et professeur au Département de psychologie.

Magda Fusaro a rappelé que l’UQAM est un acteur majeur en santé et mieux-être, grâce, entre autres, au dynamisme du Département de psychologie et de l’École de travail social. «Indéniablement, les travaux menés par les chercheurs du CRISE, dont l’expertise est reconnue à l’échelle nationale et internationale, ont permis à l’Université de se positionner comme un leader en recherche-action dans le domaine de la prévention du suicide, a déclaré la rectrice. Cependant, afin de rester à l’avant-garde, l’UQAM a besoin de partenaires, comme Bell Cause pour la cause, qui endossent les mêmes valeurs d’engagement afin de faire progresser le savoir et l’intervention en matière de prévention du suicide.»

«De plus en plus, les intervenants en prévention du suicide utilisent les communications numériques dans le cadre de leur travail. Le clavardage et l’échange de textos sont devenus des moyens de communication privilégiés lors des interventions, surtout auprès des jeunes, a évoqué pour sa part Brian Mishara. Or, à l’heure actuelle, il n’y a pas de données empiriques ou probantes indiquant la façon la plus efficace d’intervenir à l’aide de ces technologies.»

Journée Bell Cause pour la Cause

La journée Bell Cause pour la Cause aura lieu le 30 janvier prochain. Les usagers sont invités à envoyer des messages de soutien sur diverses plateformes (mot-clic #BellCause) afin de sensibiliser la population et de faire en sorte que des mesures soient prises dans le domaine de la santé mentale. Pour chacune des interactions réalisées durant la journée Bell Cause pour la cause, Bell versera cinq cents au profit de programmes canadiens en santé mentale.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE