Une exposition sur l’éducation

De l’éducation présente de manière ludique les grands enjeux contemporains dans le monde de l’enseignement.

1 Novembre 2019 à 11H46

Présentée sous la forme d’une double installation, l’exposition De l’éducation a été réalisée dans le cadre des festivités entourant le 50e anniversaire de l’UQAM.
Photo :Nathalie St-Pierre

Présentée sous la forme d’une double installation, l’exposition De l’éducation est l’occasion de réfléchir aux défis actuels en enseignement tout en trouvant des solutions pour les surmonter. Située au rez-de-chaussée du pavillon Paul-Gérin-Lajoie de la Faculté des sciences de l’éducation (N), l’exposition permanente a été réalisée dans le cadre des festivités entourant le 50e anniversaire de l’UQAM.

La première installation se déploie en une dizaine de microfiches aux images abstraites illustrant chacune un enjeu contemporain important en éducation: mieux comprendre la structure et le fonctionnement du cerveau humain, valoriser les services éducatifs de qualité pour les 0-5 ans, intégrer davantage l’usage du numérique dans les classes, etc. Ces enjeux comptent également parmi les principaux sujets de recherche au sein de la Faculté des sciences de l’éducation. «L’événement est un prétexte pour mieux faire connaître aux étudiants de premier cycle les programmes de recherche de la Faculté», précise la professeure du Département de didactique et doctorante en éducation Lorie-Marlène Brault Foisy (B.Ed., 2011; M.A. éducation, 2013), qui a conçu l’installation avec son collègue Olivier Arvisais (M.A. science politique/relations internationales, 2013).

Les dessins ont été réalisés par la designer Gabrielle Matte, en collaboration avec le studio de design Le Billyclub. L’artiste, qui avait carte blanche pour la réalisation des images, s’est inspirée de la pédagogie kinesthésique et sensorielle de Maria Montessori, laquelle prône une «méthode d’éducation reposant sur les sens, dans une atmosphère joyeuse, agréable et bienveillante». Les textes explicatifs décrivant les enjeux ont été rédigés par des professeurs de la Faculté des sciences de l’éducation.

La coordination des microfiches a été confiée à l’organisme Microfiches, qui a pour mandat de réaliser des fiches éducatives et ludiques rédigées par des experts et illustrées par des artistes. Deux ensembles de jeux de cartes, reproduisant les contenus et les images des expositions, ont aussi été créés par Microfiches.

L’aménagement de l’espace est signé par Frédéric Saint-Laurent, de Visou Design, en collaboration avec l’artiste multidisciplinaire Judith Portier (B.A. design de l'environnement, 2007; DESS design d'événements, 2010).

Hommage à Paul Gérin-Lajoie

La deuxième installation, une murale bleue sur laquelle figure un grand oiseau blanc, rend hommage à Paul Gérin-Lajoie (1920-2018), l’un des bâtisseurs du Québec moderne, artisan de la Révolution tranquille et de la réforme de l’éducation. En soulevant chacune des six pastilles de la murale, les visiteurs peuvent découvrir différents éléments biographiques sur Paul Gérin-Lajoie. On y apprend, par exemple, que l’homme a reçu, au cours de sa carrière, 13 doctorats honorifiques, dont l’un lui a été décerné par l’UQAM, en 1992. Le pavillon de la Faculté des sciences de l’éducation porte son nom depuis 2009.

Les capsules informatives de l’installation «Paul Gérin-Lajoie, un passeur d’identité» ont été conçues par la professeure du Département de didactique Anik Meunier (Ph.D. éducation, 2002). Le visuel est une création de Gabrielle Matte.

Une projection au mur et deux écrans complètent l’exposition. On peut voir en boucle les images des dix affiches ou lire quelques-unes des citations tirées d’anciens discours de Paul Gérin-Lajoie. Le volet interactif inclut une série de questions qui interpellent les visiteurs.  

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE