Célébrer la réussite

La Faculté des sciences humaines souligne les réalisations de ses professeurs, chargés de cours, employés et diplômés.

21 Novembre 2019 à 15H06

Première rangée: Bertrand Touchette, Émilie Leblond, Caroline Déchelette, Josée Lafond, doyenne de la Faculté des sciences humaines, Francine Descarries. Dominique Marquis, vice-doyenne aux études, et Geneviève Dorais. Deuxième rangée: Frédérick Philippe, Jean-Philippe Waaub, vice-doyen à la recherche, Arthur Durieux, Hugues Leduc, Pierre Doray et Laurent Jérôme. Le diplômé Antoine Burgard n'apparaît pas sur la photo. Photo: Jean-François Hamelin

La tradition se poursuit. Depuis 2012, la Faculté des sciences humaines souligne l'excellence des réalisations de ses membres à l'occasion d'une célébration annuelle: Les sciences humaines en tête et en fête. Dans le cadre de la huitième édition de cette soirée festive, tenue le 20 novembre, la faculté a remis des prix d'excellence à cinq professeures, une chargée de cours, trois employés et deux diplômés.

Prix d’excellence en enseignement – carrière

La professeure du Département de sociologie Francine Descarries a mis sur pied le premier cours de sociologie de la condition féminine à l’Université de Montréal, en 1978. Depuis, les étudiants ont toujours été au cœur de son enseignement. La lauréate du prix du Québec Marie-Andrée-Bertrand 2019 et membre fondatrice de l’Institut de recherches et d’études féministes a souvent joué un rôle de mentor. Soucieuse de maintenir des relations égalitaires avec ses étudiants, Francine Descarries valorise leur expérience et les incite à développer une pensée critique. En 35 ans de carrière, elle a mis sur pied des séminaires novateurs aux cycles supérieurs et a dirigé un grand nombre de mémoires et de thèses, formant ainsi une génération de chercheuses et chercheurs en études féministes. Ayant à cœur la démocratisation du savoir, la professeure a collaboré avec des organismes gouvernementaux, syndicaux et communautaires. «J’ai toujours été convaincue que l’obtention de changements sociaux passait par l’éducation», souligne-t-elle.

Prix d’excellence en enseignement – relève (ex aequo)

Anthropologue spécialisé en études autochtones, Laurent Jérôme enseigne au Département de sciences des religions depuis 2012. Il a mis sur pied différents cours, séminaires et programmes au premier cycle et aux cycles supérieurs. Misant sur la formation terrain, notamment dans le cadre de voyages d’études en Amazonie brésilienne et dans différentes régions du Québec, il permet aux étudiants de s’initier au travail de recherche. Le professeur privilégie le développement de projets pédagogiques interdisciplinaires, en partenariat avec des groupes autochtones et des collègues en art, en science politique et en littérature. Comme l’ont écrit une cinquantaine d’étudiants, signataires d’une lettre d’appui à sa candidature pour le prix d’excellence en enseignement, «Laurent Jérôme fait preuve d’un leadership exemplaire et d’un sens de l’innovation pédagogique et sociale».

La professeure Geneviève Dorais est l’autre lauréate du prix d’excellence en enseignement – relève. Si l’histoire de l’Amérique latine occupe une place de choix au sein du Département d’histoire, c’est beaucoup grâce à son enseignement. Détentrice d’un doctorat en histoire de l’Amérique latine de l’Université du Wisconsin-Madison, Geneviève Dorais enseigne à l’UQAM depuis 2014. Elle a mis sur pied huit nouveaux cours au baccalauréat ainsi qu’un séminaire aux cycles supérieurs. Engagée, ouverte d’esprit et animée par un désir d’innovation pédagogique, elle favorise un enseignement participatif afin de susciter l’intérêt de ses étudiants. Codirectrice du Laboratoire interdisciplinaire d’études latino-américaines, elle veille à impliquer les étudiants dans ses projets de recherche.

Prix d’excellence en enseignement – chargé·e·s de cours

Chargée de cours à l’École de travail social depuis 2015, Émilie Leblond (M.A. travail social, 2010) accorde autant d’importance à la théorie qu’à la pratique. En se basant sur son expérience professionnelle de travailleuse sociale, elle manifeste un désir constant d’innovation, comme en témoigne la mise sur pied de simulations d’interventions familiales. Pour ses étudiants, c’est non seulement l’occasion de mettre en pratique les théories apprises en classe, mais aussi de se préparer pour leur stage. «Grâce à un juste équilibre entre l’écoute et le partage, et entre la rigueur et la flexibilité, Émilie Leblond sait transmettre l’esprit du travail social dans son enseignement», a écrit l’une de ses anciennes étudiantes.

Prix d’excellence en recherche – carrière

Le professeur du Département de sociologie Pierre Doray est un acteur incontournable de la recherche en sociologie de l'éducation et de l'enseignement supérieur au Québec. Depuis plus de 30 ans, il mène des recherches sur les parcours des étudiants et sur les politiques éducatives dans l’enseignement postsecondaire. Au fil du temps, il a formé à la recherche plus de 50 étudiants de maîtrise et de doctorat. Il a plusieurs fois été professeur invité, notamment en France, en Suisse et en Belgique, et ses travaux ont donné lieu à une production savante diversifiée. Membre du Centre interuniversitaire de recherche sur les sciences et la technologie (CIRST), Pierre Doray préside l’Institut de coopération pour l’éducation des adultes (ICEA). Il s’est aussi impliqué au sein du Consortium d'animation sur la persévérance et la réussite de l'enseignement supérieur (CAPRES), de l'Observatoire régional montréalais de l'enseignement supérieur (ORMES) et du Conseil supérieur de l’éducation.

Prix d’excellence en recherche – jeune chercheur  

Professeur au Département de psychologie depuis 2011, Frédérick Philippe a contribué de manière novatrice à son domaine de recherche en étudiant les processus mnémoniques en lien avec la motivation et le bien-être psychologique des personnes. Ses recherches concernent les représentations mentales affectives (souvenirs émotionnels épisodiques), les représentations sexuelles et les représentations sociales reliées à l’engagement civique. Le jeune chercheur a publié une cinquantaine d’articles scientifiques – dont certains sont devenus des références – dans des revues internationales ayant un grand facteur d’impact, comme le Journal of Personality and Social Psychology et le Journal of Personality. Fréquemment invité à titre de conférencier et d’évaluateur pour des articles et des demandes de subvention, à l’échelle nationale et internationale, Frédérick Philippe a présenté plus de 100 communications.

Prix Atlas – certificat de mérite

Arrivé au Département de géographie il y a 30 ans, l’agent de recherche Bertrand Touchette (M.Sc. géographie, 1990) est rapidement passé du statut d’étudiant à la maîtrise en géographie à celui de «roi» de l’informatique! Si les étudiants et le corps enseignant bénéficient d’un équipement de pointe et d’un environnement de travail optimal, c’est grâce à son expertise. À l’affût des nouvelles technologies, Bertrand Touchette a accompagné son département dans l’achat d’un matériel adapté à la formation et a effectué de nombreux tests afin d’appliquer la technologie 3D dans la recherche. Il est également reconnu pour ses qualités humaines, son professionnalisme et son dévouement. «La raison d’être de l’université, dit-il, est de bien s’occuper des étudiantes et étudiants.»

Prix Atlas – initiative et développement

Caroline Déchelette fait partie de l’équipe du Décanat de la Faculté des sciences humaines depuis deux ans seulement. Comme son poste de technicienne en information venait d’être créé, tout était à inventer lorsqu’elle a été embauchée. Elle a revisité les façons de faire en prenant en main la mise à jour quotidienne du site web facultaire et des médias sociaux. Caroline Déchelette a construit, par ailleurs, un réseau de collaborateurs à l’UQAM et dans les cégeps afin de faciliter le rayonnement de la faculté. Elle met sa plume et son talent en arts visuels au service de la communauté en créant des affiches, du matériel visuel et des articles originaux en appui aux différentes activités facultaires.

Prix Atlas – entraide et amabilité

Agent de recherche au Département de psychologie, Hugues Leduc est réputé pour être «le plus dévoué et impliqué des statisticiens». Depuis 2017, il s’est rendu indispensable en raison, notamment, de son expertise, de sa gentillesse et de sa générosité. Engagé auprès des étudiants avec lesquels il travaille, il a presque toujours la solution aux problèmes statistiques, même les plus complexes, un atout important quand on étudie ou enseigne la psychologie. Hors des murs de l’UQAM, Hugues Leduc, qui a un handicap visuel, est impliqué dans l’équipe de hockey sonore les Hiboux de Montréal. Il a remporté le trophée Réjean-Poirier, remis au joueur faisant preuve de camaraderie et d’esprit sportif.

Prix de la meilleure thèse de doctorat

Antoine Burgard (Ph.D. histoire, 2018) a obtenu le Prix de la meilleure thèse de doctorat, décerné par la Faculté des sciences humaines et son Conseil de diplômés. Intitulée «Une nouvelle vie dans un nouveau pays. Trajectoires d’orphelins de la Shoah vers le Canada (1947-1952)», sa thèse a été réalisée sous la codirection de la professeure du Département d’histoire Yolande Cohen. Antoine Burgard y retrace les parcours de jeunes survivants de l’Holocauste, depuis l’Europe jusqu’à leur nouvelle vie au Canada. Il se penche sur le travail des acteurs impliqués dans leur prise en charge, analyse l’impact d’un programme financé par le Congrès juif canadien sur la politique migratoire et d’accueil des réfugiés du Canada et étudie l’intégration de ces orphelins dans leur nouveau pays. Sa recherche contribue à une meilleure compréhension du vécu des enfants et adolescents réfugiés, et des réponses humanitaires et politiques qui sont proposées.

Prix Les sciences humaines changent le monde

Le jeune diplômé Arthur Durieux (D.E.S.S. gestion des risques majeurs, 2017) est le cofondateur et gestionnaire du Centre d’accueil Le Pont avec Alessandra Santopadre (C. immigration et relations interethniques, 2016). Créé en octobre 2017, ce centre accueille des demandeurs d’asile et leurs familles et leur offre un suivi personnalisé, des services psychosociaux ainsi que de la sécurité et du réconfort. Soucieux d’accompagner du mieux possible ces nouveaux arrivants, Arthur Durieux et son équipe de bénévoles ont mis en place diverses ressources, dont le Guide des étapes et ressources pour la demande d’asile. Une stagiaire de l’UQAM en travail social, Aneysi Rodriguez, y a aussi mis sur pied le groupe d’entraide Un Pont vers l’action. Quand il n’est pas au centre d’accueil, Arthur Durieux défend les droits des demandeurs d’asile pour l’accès au logement ainsi qu’aux services de garde et de santé.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE