Gros plan sur Denis Villeneuve

Le cinéaste chouchou d'Hollywood se considère toujours en quête du film rêvé.

9 Avril 2019 à 9H45

Série L'esprit UQAM
On les reconnaît à leur audace, à leur esprit d’innovation, à leur sens de l’engagement. Ils ont «l’esprit UQAM». À l’occasion du 50e, des diplômés qui ont fait leur marque dans toutes les sphères de la société évoquent leur parcours uqamien. Cette série a été créée pour le site web UQAM: 50 ans d'audace.

 
La photo de gauche a été prise au moment où Denis Villeneuve revenait de la Course Europe-Asie.
Photo de droite: Ulysse Del Drago

«Quand on termine un projet, on constate à tout coup l’écart entre le film rêvé et le film réalisé», nous confiait en 2012 le cinéaste surdoué, dont le film Incendies venait de remporter une moisson de prix dans les festivals internationaux. Humble, Denis Villeneuve (B.A. communication, 1992) l'est resté. «Je n'aime pas l'expression "classe de maître", lançait-il à un groupe d'étudiants réunis pour l'entendre leur confier ses secrets à l'occasion du doctorat honorifique que l'UQAM lui remettait en 2017. Sans fausse modestie, je considère que je suis encore en processus d'apprentissage, un constat que je fais chaque fois que je me retrouve sur un plateau de tournage.»

Enemy, Prisoners, Sicario, Arrival, Blade Runner 2049… Au cours des dernières années, le cinéaste chouchou d'Hollywood a pourtant tourné avec les acteurs les plus cotés de la planète, récoltant au passage critiques élogieuses et nominations aux Oscars. Celui qui ne craint pas de passer d'un genre à l'autre (drame, thriller, science-fiction) a débuté sa carrière en remportant la Course Europe-Asie, organisée par Radio-Canada. Il avait, à l'époque, tout juste 23 ans et son bac en communication en poche. Très rapidement, il enchaînera les succès: Un 32 août sur Terre, Maelström, qui récolte plus de 25 prix, dont le Prix de la critique internationale au Festival de Berlin, Polytechnique, sélectionné à Cannes en 2009. Après son remake de Blade Runner, en 2017, le cinéaste envisage l'adaptation d'un autre classique de la science-fiction, le roman Dune, de Franck Herbert, qui a hanté son adolescence. Le film rêvé?

Quel type d'étudiant étiez-vous?

Nerd de sciences pures

Que rêviez-vous de devenir?

Cinéaste.

Quelle idée, quel concept, quel buzzword était à la mode dans votre domaine à

l'époque de vos études?

J’étais déconnecté de toute forme de mode, donc je ne saurais dire.

Quel était l'endroit préféré des étudiants pour se réunir?

Le Junk Food Palace sur St-Denis. Personnellement mon endroit préféré était le café du département artistique au dernier étage.

Pouvez-vous nommer un professeur, une phrase ou un cours qui vous a marqué?

J’ai été transformé artistiquement et politiquement par mon passage à l’UQAM. Plusieurs professeur.e.s m’ont marqué durant ces trois années.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE