Jean-Guillaume Dumont et François Boucher-Genesse, créateurs de jeux intelligents

Avec leur application Slice Fractions, l’apprentissage des fractions devient un jeu d’enfant!

23 Juillet 2019 à 9H26

Série L'esprit UQAM
On les reconnaît à leur audace, à leur esprit d’innovation, à leur sens de l’engagement. Ils ont «l’esprit UQAM». À l’occasion du 50e, des diplômés qui ont fait leur marque dans toutes les sphères de la société évoquent leur parcours uqamien. Cette série a été créée pour le site web UQAM: 50 ans d'audace.

Jean-Guillaume Dumont et François Boucher-Genesse
Photo: Nathalie St-Pierre

Alors qu’ils étaient encore étudiants en éducation, Jean-Guillaume Dumont (B.A. communication, 2006; B.Ed. éducation préscolaire et enseignement primaire, 2010; M.A. éducation, 2012) et François Boucher-Genesse (M.A éducation, 2012) ont fondé Ululab, un studio de création de jeux vidéo éducatifs et ludiques. La boîte est derrière la création du célèbre jeu pour appareils mobiles Slice Fractions, consacré à la découverte des fractions. Lancé en 2014, le jeu propose aux enfants de 5 à 12 ans de relever des défis captivants dans un univers coloré et intrigant peuplé de personnages attachants.

Traduit en 15 langues, Slice Fractions (qui comporte une suite, Slice Fractions 2) cumule les honneurs, dont l’or aux Parents’ Choice Awards et aux International Serious Play Awards ainsi qu’une place dans le très convoité palmarès Le Meilleur de 2014 de l’App Store d’Apple.

Ses créateurs ont aussi remporté une première place au concours Mon entreprise du Centre d’entrepreneuriat de l’ESG UQAM et une prestigieuse bourse Pierre Péladeau de 20 000 dollars (3e prix) pour les jeunes entrepreneurs, en 2012, ainsi qu’une bourse de démarrage de la Fondation Montréal inc., en 2013. Le prix Entrepreneurs pour l’éducation de la Fondation Breteau, associé à un investissement de 100 000 dollars US, leur a été remis en 2015.

Après avoir été journaliste indépendant, édimestre au journal Le Devoir et enseignant au niveau primaire, Jean-Guillaume Dumont est désormais en charge du marketing et des communications chez Druide informatique, une firme qui produit et commercialise Antidote, un logiciel d'aide à la rédaction du français. Détenteur d’un baccalauréat en génie informatique de l’Université de Sherbrooke, François Boucher-Genesse est un ancien programmeur et concepteur-designer de jeux vidéo ainsi que l’un des cocréateurs du populaire jeu Halo 3. Il consacre aujourd’hui tout son temps à l’entreprise Ululab, dont il est le président.  

Quel type d'étudiant étiez-vous?

Jean-Guillaume Dumont: J’étais un étudiant très dynamique qui participait beaucoup en classe. En 11 ans, je n’ai jamais manqué un seul cours, sauf pendant les grèves, bien sûr!

Que vouliez-vous devenir?

Jean-Guillaume Dumont: J’ai souvent changé de plan de carrière. Après le journalisme, j’ai voulu être enseignant, puis entrepreneur. Chaque fois, mes expériences passées m’ont enrichi de nouvelles compétences qui me permettaient d’entreprendre des projets audacieux et de prendre des risques. 

Quelle idée, quel concept, quel buzzword était à la mode dans votre domaine à l'époque de vos études?

François Boucher-Genesse:  La théorie du changement conceptuel. Nous en discutions beaucoup au sein de l’Équipe de recherche en éducation scientifique et technologique (EREST) de l’UQAM. Les élèves possèdent déjà des théories intuitives sur le monde, lesquelles sont probablement fausses. Si ceux-ci parviennent à comprendre pourquoi leurs idées sont erronées, l’apprentissage sera plus profond et ils retiendront mieux les apprentissages que s’ils avaient simplement mémorisé la leçon. J’ai conçu des jeux en lien avec cette théorie. Pour pouvoir progresser jusqu’à la fin du jeu, les joueurs doivent changer leurs conceptions et comprendre leurs erreurs.

Quel était l'endroit préféré des étudiants pour se réunir?

Jean-Guillaume Dumont: Je me suis engagé pendant six ans dans les associations étudiantes. Notre local d’association était comme une deuxième maison pour nous. C’est là qu’on se retrouvait dès que nous avions un moment libre. 

François Boucher-Genesse: Le café étudiant Le Philanthrope du pavillon des Sciences de l’éducation ‌(pavillon Paul-Gérin-Lajoie).

Pouvez-vous nommer un professeur, une phrase ou un cours qui vous a marqué?

François Boucher-Genesse: Le professeur au Département de didactique Patrice Potvin, aussi membre de l’EREST. Il a déjà dit que nous avions la responsabilité, comme chercheurs, de bien dépenser les fonds publics pour faire réellement avancer la recherche. Cela m’est resté.

Que souhaitez-vous à l'UQAM pour ses 50 ans?

Jean-Guillaume Dumont: Je souhaite que l’UQAM ait les moyens de soutenir les projets étudiants extracurriculaires et les personnes les plus engagées, grâce à de généreux programmes de subventions et de bourses. Les cours ne sont qu’un prétexte pour que des gens, qui ont la volonté de contribuer à leur communauté et de changer le monde, puissent se retrouver ensemble afin de créer des projets innovants.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE