Une expo ludique à la Maison théâtre

La Galerie de l’UQAM propose aux enfants une exposition de l’artiste Dana Wyse.

12 Février 2019 à 16H22, mis à jour le 13 Février 2019 à 8H45

Dana Wyse, Instant Québécois Accent (2010) et Instantly Remember Your Dreams (2006), sachets de plastique, pilules, impressions couleur sur carton. Collection d’œuvres d’art de l’UQAM, Petite collection (PC2015.12 et PC2015.9).

Vous souhaitez comprendre les mathématiques complexes instantanément? Vous mourez d’envie de vous rappeler de vos rêves? Vous aimeriez prendre contact avec des ovnis? Avec sa série de pilules permettant à qui les ingère d’étendre ses pouvoirs et ses capacités, l’artiste Dana Wyse a le médicament qu’il vous faut!

La Galerie de l’UQAM propose avec Prescriptions insolites une sélection d'œuvres de l'artiste canadienne Dana Wyse à la Maison théâtre du Quartier des spectacles, spécialisée en théâtre jeune public.

Cet événement spécial précédera la présentation de Marco Bleu, une pièce écrite par le professeur retraité de l’École supérieure de théâtre Larry Tremblay (d’après son roman graphique Même pas vrai, publié aux Éditions La Bagnole, en 2016) et destinée aux 6 à 10 ans. L’initiative permettra au jeune public de la Maison théâtre de se familiariser avec l'art contemporain à travers une pratique aussi ludique qu'engagée.

À partir de son atelier-logement, l’artiste crée des cachets aux effets multiples, puis les emballe dans des sachets empruntant à l’imagerie publicitaire des années 1960. Bien que toutes en humour, les prescriptions de Dana Wyse révèlent les angoisses et fantasmes de la société contemporaine. 

Les œuvres de l’exposition sont tirées de la Petite collection, un cabinet de curiosités de la Collection d’œuvres d’art de l’UQAM, composé d’objets multiples produits par des artistes, le plus souvent en éditions limitées.

L’exposition, commissariée par Philippe Dumaine (B.A. art dramatique, 2010; M.A. histoire de l'art, 2017), est présentée jusqu’au 17 février prochain.

CATÉGORIES
PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE