Excavateur en chef

Le Grand Pic cause des maux de tête aux compagnies hydroélectriques en creusant des trous dans leurs poteaux.

20 Juin 2019 à 16H08

La forme ovale typique des cavités creusées par le Grand Pic est facilement reconnaissable tant sur les arbres en forêt (photo de gauche) que sur les poteaux de distribution d'électricité (photo de droite).Photos: Pierre Drapeau et Philippe Cadieux

Dans le nord de l'Ontario, une compagnie indépendante de production d'électricité, Hydroméga, a constaté des dommages importants sur les poteaux de l'une de ses lignes de distribution, qui s'étend sur 40 kilomètres en zone forestière. En 2014, l'entreprise a fait appel à des ingénieurs pour trouver une solution. Trois ans plus tard, le problème n’étant toujours pas réglé, elle s'est tournée vers le Service des partenariats et du soutien à l'innovation (SePSI) de l'UQAM. C’est ainsi qu’on a fait appel aux spécialistes du Département des sciences biologiques. «Le Grand Pic est responsable de la majorité des dommages sur ces poteaux», explique Philippe Cadieux (Ph.D. biologie, 2017), qui a consacré son stage postdoctoral à la question avec le soutien financier du CRSNG, sous la supervision du professeur Pierre Drapeau.

Le Grand Pic adore excaver les arbres morts ou vieillissants, surtout le peuplier faux-tremble. Il y creuse des trous d'alimentation, à la recherche de fourmis charpentières, mais aussi parfois une chambre de nidification, dont la cavité est beaucoup plus grande. «L'intérieur de l'arbre finit par se dégrader sous l'action de l'humidité, des champignons et des bactéries, et cela affecte sa résistance mécanique, explique Pierre Drapeau, qui est directeur du Centre d'étude de la forêt. Quand la membrane extérieure devient trop mince, un violent coup de vent peut suffire à casser l'arbre au point de jonction de la cavité.»

Depuis l'avènement des réseaux de distribution d'électricité, les pics en général, et le Grand Pic en particulier, se sont entichés des poteaux (même si ceux-ci sont en pin rouge ou en cèdre de l'Ouest) et s'en servent comme lieux de nidification. «Dans la nature, les arbres brisés ne constituent pas un problème en soi, mais lorsqu'il s'agit de poteaux de distribution d'électricité, c’est une autre histoire», note Pierre Drapeau. Un poteau brisé risque, en effet, d'entraîner une rupture de l'acheminement de l'électricité et son remplacement n'est pas une mince tâche dans les zones forestières difficiles d'accès, comme c'est le cas dans le nord de l'Ontario. Et il ne faut pas compter sur le Grand Pic pour abandonner la partie, car l'oiseau est pugnace: Hydroméga a constaté que 63 % des poteaux dont les trous avaient été réparés par remplissage en 2014 avaient de nouveaux trous en 2017!

Pourquoi les pics sélectionnent-ils les poteaux plutôt que les arbres de la forêt? Quels sont les poteaux les plus susceptibles d'être excavés par le Grand Pic? Ce sont les questions auxquelles a tenté de répondre Philippe Cadieux.

Protéger les poteaux?

«Le problème des pics et des infrastructures est répandu partout dans le monde», observe le jeune chercheur, qui a d'abord effectué une revue de la littérature afin d'identifier les meilleures méthodes de répulsion des oiseaux ou de protection des poteaux. Parmi les tactiques d'effarouchement qu'il a recensées, on retrouve les fausses silhouettes d'oiseaux accrochées à un poteau, des appareils diffusant des sons de prédateurs ou de détresse, un objet qui bouge et qui réfléchit la lumière, et des bandes holographiques censées éloigner les pics. «Aucune de ces tactiques ne fonctionne, révèle-t-il. Hydroméga avait installé des bandes holographiques sur 84 poteaux en 2014, mais l'entreprise a constaté en 2017 que les pics y avaient creusé de nouveaux trous.»

«Le problème des pics et des infrastructures est répandu partout dans le monde.»

Philippe Cadieux

Postdoctorant en biologie

Les répulsifs chimiques ne constituent pas une solution, car ils sont interdits au Canada, et les nichoirs artificiels installés sur les poteaux, qui attirent certaines espèces d'oiseaux, ne fonctionnent pas du tout avec les pics. «Normal, car ce sont des oiseaux excavateurs, explique Philippe Cadieux. La plupart des espèces de pics creusent chaque année une nouvelle cavité pour la nidification et en utilisent plusieurs autres comme dortoirs. Certaines espèces peuvent cependant réutiliser la même cavité pendant plusieurs années.»

Des barrières physiques ont aussi été utilisées pour éloigner les pics. «Dans certains pays, on a tenté l'expérience du grillage métallique installé sur le poteau pour empêcher le pic d'atteindre le bois, mais ce n'est pas un succès. Les pics réussissaient à briser les mailles du grillage!» Les deux solutions les plus prometteuses semblent être l'installation d'une enveloppe glissante autour du poteau, qui empêche le pic de s'accrocher pour l'excaver, et une enveloppe qui modifie la résonance du bois, ce qui ne plaît pas au pic et le décourage d'excaver. «Ce sont les solutions que nous avons proposées à Hydroméga», précise le chercheur.

Identifier les poteaux à risque

Comme il est trop onéreux d'installer ce type de protection sur les 493 poteaux de la ligne d'Hydroméga, on a voulu identifier les poteaux les plus à risque. Il existe, en effet, une quinzaine de gabarits de poteaux sur la ligne de transmission, en fonction de l'élévation du sol et de la charge à soutenir.

Le postdoctorant a d'abord déterminé la zone à risque d'excavation sur chaque poteau. «Le Grand Pic sélectionne les poteaux en fonction de leur diamètre à une certaine hauteur, révèle-t-il. Il excave généralement entre 4 mètres et 9,8 mètres de hauteur à partir du sol, et il choisit les poteaux ayant un diamètre minimal de 20 centimètres à la hauteur de la cavité, autrement il ne peut pas creuser une chambre de nidification suffisamment protégée par la membrane du poteau. Le diamètre moyen des poteaux ciblés par le Grand Pic à la hauteur de la cavité était de 30 centimètres.»

«Le Grand Pic sélectionne les poteaux en fonction de leur diamètre à une certaine hauteur.»

Philippe Cadieux

En combinant les caractéristiques de chaque poteau avec celles de son environnement immédiat – sur une circonférence de 250 à 900 mètres de diamètre, ce qui constitue l'aire d'alimentation du Grand Pic –, Philippe Cadieux a calculé la probabilité de dommages sur la ligne de distribution. «Plus la forêt est de qualité autour des poteaux, plus le Grand Pic a tendance à choisir de plus gros poteaux et à délaisser les petits», constate-t-il.

En lien avec cette étude, une analyse de la force structurelle des poteaux a été effectuée par une compagnie d’ingénieurs. Celle-ci a recommandé à Hydroméga le remplacement des poteaux à risque de bris et l'installation de protections aux endroits les plus susceptibles d’être excavés par les pics sur certains autres. «Ce sont surtout de gros poteaux positionnés à des endroits stratégiques et critiques pour la distribution», précise-t-il. Les Grands Pics tenteront-ils d'excaver ces poteaux malgré les protections? «Le suivi de cette étude constituerait un autre beau projet postdoctoral», souligne Pierre Drapeau.

Du côté d'Hydro-Québec

Si Hydroméga a constaté un problème avec les pics sur une ligne comptant 493 poteaux, on peut imaginer l'ampleur du problème pour Hydro-Québec, qui compte 1,8 million de poteaux! «Les pics constituent la deuxième cause de détérioration de leurs poteaux», confirme Pierre Drapeau, qui a été approché par la société d'État peu après avoir supervisé le projet de Philippe Cadieux en Ontario. «Nous avons effectué une présentation en mai 2018 à la direction d'Hydro-Québec Distribution, dit-il. Nous leur avons montré l'évolution de la répartition du Grand Pic selon l'Atlas des oiseaux nicheurs du Québec de 1989 et celui de 2014. La population a augmenté significativement et se retrouve de plus en plus au nord, ce qui n'augure rien de bon pour les poteaux de distribution.»

«La meilleure solution est d'adopter une stratégie de gestion qui intègre le risque d'endommagement en ciblant les poteaux à risque et en les remplaçant au fur et à mesure.»

Pierre Drapeau

Professeur au Département des sciences biologiques

La solution la plus simple serait d'installer des poteaux en métal ou en ciment, mais le coût serait astronomique. Le remplacement des poteaux de bois demeure plus économique, même s'il en coûte en moyenne 5 000 dollars par poteau. «Avec 1,8 million de poteaux, les sommes en jeu sont tout de même importantes, note Pierre Drapeau. Voilà pourquoi la meilleure solution est d'adopter une stratégie de gestion qui intègre le risque d'endommagement en ciblant les poteaux à risque et en les remplaçant au fur et à mesure.»

Le professeur a proposé à Hydro-Québec la mise sur pied d'un projet de 4 ans avec un soutien financier du CRSNG. «Ce serait un projet fantastique à la fois pour Hydro-Québec et sa gestion des poteaux, mais aussi pour nous, car cela nous aiderait à mieux comprendre l'écologie du Grand Pic, une espèce pour laquelle nous avons peu de suivis télémétriques. Si nous pouvions équiper certains individus de balises GPS et les suivre, nous obtiendrions des données encore plus raffinées sur leur rapport au territoire.»

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE