Comprendre le monde aujourd’hui

L’UQAM convie le grand public à une série de conférences sur la politique internationale. 

23 Avril 2019 à 15H19, mis à jour le 24 Avril 2019 à 9H30

La première conférence, Les États-Unis de Trump, aura lieu le 30 avril prochain. Sur la photo: manifestation en juillet 2016 contre les politiques de Donald Trump en matière d'immigration. Photo: Getty/Images

Les États-Unis de Donald Trump, la montée des populismes en Europe, la social-démocratie au 21e siècle, la place de la Chine et de la Russie dans l’ordre international… Ces thèmes figurent au programme de la série de conférences Le monde aujourd’hui, qui s’échelonnera du 30 avril 2019 au 31 mars 2020 dans le cadre du 50e anniversaire de l’UQAM. Présentées par le Bureau des diplômés et la Formation continue de l’Université, les conférences réuniront des politologues réputés qui dresseront un portrait d’une région du monde ou analyseront un enjeu international actuel.

Destinées au grand public, les huit conférences se dérouleront de 18 h à 20 h 30 et auront lieu à l’Amphithéâtre (SH-2800) du Pavillon Sherbrooke de l'UQAM, sauf celle du 31 mai 2019, qui se tiendra à la salle La Capitale de l’Hôtel Gouverneur Montréal.

«Ces rencontres s’inscrivent dans ce qui a été la mission première de l’UQAM au moment de sa création: rendre le savoir accessible au plus grand nombre, notamment à des adultes n’ayant pas eu la chance de fréquenter l’université», souligne le professeur du Département de science politique Jean-Pierre Beaud, qui est l’instigateur du projet. Il est important, dit le professeur, que nos diplômés et la population en général puissent bénéficier des connaissances d’experts reconnus dans leur domaine, comme Jacques Lévesque, le dernier conférencier, qui a participé à la fondation de l’UQAM et est devenu l’un des meilleurs spécialistes, dans le monde francophone, de l’ex-URSS et de la Russie d’aujourd’hui. «L’objectif est qu’au terme des huit séances le public ait maîtrisé un peu mieux les enjeux d’un monde de plus en plus complexe», observe Jean-Pierre Beaud.

30 avril 2019 - Les États-Unis de Trump  

Les professeurs du Département de science politique Frédérick Gagnon (Ph.D. science politique, 2008) et Charles-Philippe David, respectivement titulaire de la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques et président de l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire, inaugureront la série de conférences. Ils dresseront un bilan de la présidence de Donald Trump, tant en politique intérieure qu’en politique étrangère, discuteront de ses impacts sur le Canada et le Québec et parleront de ce que l’on devra surveiller en vue des élections présidentielles de 2020.

31 mai 2019 - La Chine de Xi Jinping

Directeur des représentations du Québec en Chine depuis 2015, l’ancien journaliste Jean-François Lépine (M.A. science politique, 1981), qui a mené toute sa carrière à Radio-Canada, fera le point sur les grands enjeux animant la société chinoise et sur le rôle qu’elle pourrait jouer dans le monde de demain. Il parlera, notamment, des tensions commerciales avec les États-Unis et du bilan de la Chine en matière de protection de l’environnement et des droits humains.  

24 septembre 2019 - Quel avenir pour l’Europe?

Brexit, gilets jaunes, montée des populismes, retour des nationalismes… Ces phénomènes ont marqué la vie politique en Europe ces derniers mois. Prenant la mesure des élections européennes de 2019, Frédéric Mérand, professeur au Département de science politique à l’Université de Montréal, brossera un portrait des débats entre pro-européens et eurosceptiques. Il expliquera les difficultés du projet de construction européenne et esquissera quelques scénarios pour l’avenir.

29 octobre 2019 - La social-démocratie au 21e siècle

Stéphane Paquin, professeur à l’École nationale d’administration publique, confrontera deux thèses opposées concernant les impacts de la mondialisation sur la capacité d’intervention des États nationaux et sur les politiques publiques. Le chercheur montrera que les défenseurs de la thèse du déclin de l’État exagèrent les effets de la mondialisation et que la social-démocratie à la scandinave a de belles années devant elle.

26 novembre 2019 - «Eux» et «nous»: la diversité et la solidarité sociale

Titulaire de la Chaire de recherche en psychologie politique de la solidarité sociale, la professeure du Département de science politique Allison Harell se demandera comment les États industrialisés gèrent la diversité à l’intérieur de leurs frontières et quelles sont les conséquences du type de gestion qu’ils adoptent pour la solidarité sociale. Elle explorera également les liens complexes entre les institutions, les relations interpersonnelles et l’opinion publique.

28 janvier 2020 - Italie: corruption et populisme

Jean-Guy Prévost (Ph.D. science politique, 1990), professeur au Département de science politique, parlera de l’arrivée au pouvoir en Italie d’une coalition dominée par deux forces – un jeune mouvement antisystème et un parti d'extrême droite – vouées à la remise en cause du statu quo. Il expliquera en quoi cela témoigne de l’approfondissement de la crise ouverte par la chute de la première République en 1993, marquée par l’incapacité à vaincre le problème de la corruption, à redynamiser l’activité économique et à redéfinir les règles du jeu politique.

25 février 2020 - Le Canada de Trudeau à Trudeau; regard sur la communication au centre du pouvoir

En s’appuyant sur deux moments-clés de l’histoire du Canada, soit les débuts de mandat de premier ministre de Pierre Elliott Trudeau et de son fils Justin Trudeau, la professeure du Département de science politique Anne-Marie Gingras comparera le parcours, le style communicationnel, le mode de gouvernance et le rapport au public de ces deux politiciens. La chercheuse est une spécialiste de la communication politique et des relations entre l’électorat, les médias et les leaders politiques.

31 mars 2020 - La Russie et la quête de sa place dans l’ordre international postsoviétique

Après avoir accepté et recherché la dissolution de l’URSS et la fin de son régime communiste pour mieux s’intégrer au monde occidental et à ses institutions, comment la nouvelle Russie a-t-elle pu arriver à une quasi-alliance avec la Chine pour remettre en cause l’ordre international et la Pax Americana? Le professeur émérite du Département de science politique Jacques Lévesque, l’un des grands spécialistes de la Russie d’hier et d’aujourd’hui, se penchera sur les étapes et les causes d’un cheminement tortueux qui n’avait rien d’inéluctable.

Prix des billets

Forfait 8 conférences: 50 dollars
Prix pour une conférence (communauté UQAM): 12 dollars
Prix pour une conférence (grand public): 15 dollars

On peut acheter ses billets sur le site du Bureau des diplômés.

Les conférences seront animées par Marc Desnoyers (B.A. relations internationales et droit international, 2007; M.A. science politique, 2010), directeur du groupe-conseil à l’agence Upperkut et membre du Conseil de diplômés de la Faculté de science politique et de droit.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE