Étudier les sexualités

Un nouveau certificat en études critiques des sexualités sera offert à l'automne 2019.

13 Mars 2019 à 16H16

Le certificat abordera l'étude des sexualités dans une perspective interdisciplinaire et sociopolitique.Photo: Getty Images

À compter de l'automne 2019, la Faculté des sciences humaines offrira un nouveau certificat en études critiques des sexualités. Ce programme est le premier du genre dans les universités francophones au Québec.

Diversités sexuelles et de genre, polyamour, pornographie, sexualité en contexte d'itinérance: plusieurs enjeux actuels en lien avec la sexualité bousculent les normes sociales. «Il est de plus en plus nécessaire de réfléchir à ces enjeux de façon critique, souligne Philippe-Benoit Côté (M.A. sexologie, 2007), professeur au Département de sexologie. Le certificat vise à déconstruire les rapports d'oppression et à repenser les pratiques.»

Perspective interdisciplinaire

Le certificat abordera l'étude des sexualités dans une perspective interdisciplinaire et sociopolitique. Les approches sur le genre et sur l’intersectionnalité – le fait d'être soumis simultanément à plusieurs formes d'oppression –, les théories queer, les études féministes, la gérontologie sociale, les études sur les incapacités et les théories sur les inégalités sociales seront au programme.

Philippe Benoit-Côté.Photo: Émilie Tournevache

Ce programme s'adresse à des personnes provenant de différents domaines et qui souhaitent étudier ces questions sans nécessairement devenir sexologues. «Contrairement au baccalauréat en sexologie, le certificat ne vise pas l'intervention clinique», affirme Philippe-Benoit Côté. Les professionnels en sexologie qui souhaiteraient acquérir des outils de réflexion sur certains enjeux pourraient d'ailleurs être intéressés à suivre la formation.

Nouveaux cours

Le certificat est composé de 10 cours. Trois cours portant sur les enjeux contemporains en sexologie, sur l'épistémologie et l'histoire des idées sur les sexualités ainsi que sur l'intersectionnalité sont obligatoires. Quatre cours portant sur un enjeu en sexologie ainsi que trois cours liés à la sexualité dans autre domaine – en communication, en histoire de l'art, en histoire, en droit, en littérature, en religion ou en sociologie – complèteront le programme. «La formation couvrira différentes perspectives, ce qui permettra d'avoir une vision intégrée de la sexualité», mentionne le professeur.

Trois nouveaux cours ont d'ailleurs été créés spécifiquement pour le certificat: un cours sur les aspects historiques, socioculturels et conceptuels de la pornographie; un cours sur les pratiques sexuelles des personnes ayant des incapacités ou un handicap; ainsi qu'un cours sur les inégalités sociales et l'itinérance en lien avec la sexualité. «La création de ces cours démontre la vitalité de la recherche et la diversité des champs d'études des professeurs du Département de sexologie», souligne Philippe-Benoit Côté.

Offert à temps complet ou à temps partiel, le programme est contingenté à 60 étudiants au trimestre d'automne et à 20 étudiants au trimestre d'hiver. Il est possible de faire une demande d'admission avant le 15 avril pour l'automne ou avant le 1er novembre pour l'hiver.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE