Primés par l’Acfas

Cinq Uqamiens figurent parmi les lauréats des prix et concours de la relève.

28 Octobre 2019 à 15H15

Extrait de la bande dessinée Voyage autour de la Terre: à la découverte des forêts!, réalisée par la candidate à la maîtrise en biologie Élise Bouchard. Illustration: Élise Bouchard

Quatre étudiants et un diplômé de l’UQAM comptent parmi les 12 lauréats de la 7e édition des Journées de la relève en recherche de l'Association francophone pour le savoir (Acfas), qui se sont tenues les 24 et 25 octobre derniers. À cette occasion, l’Acfas a remis des prix à des étudiantes et étudiants de maîtrise et de doctorat afin de souligner l’excellence de leurs travaux de recherche ou de diffusion de la recherche.

Élise Bouchard, Alexandra Schilte, Jean-Nicolas Bourdon et Maryse Legault ont obtenu un prix dans le cadre du concours de vulgarisation de la recherche, parrainé par le Secrétariat à la promotion et à la valorisation de la langue française du Québec. Le diplômé du doctorat en philosophie Baptiste Bedessem (Ph.D. philosophie, 2008) a remporté l’un des deux prix de thèse en cotutelle, parrainés par le Consulat général de France à Québec et le ministère des Relations internationales et de la Francophonie du Québec.

Ingénieure forestière et étudiante à la maîtrise en biologie, Élise Bouchard a développé un intérêt pour l’écologie et le fonctionnement des écosystèmes durant des stages chez des consultants forestiers et au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs. Sa passion pour les écosystèmes forestiers s’étend à l’échelle du globe, alors qu’elle observe comment les différentes caractéristiques des arbres se distribuent selon le climat, les sols et l’élévation. Soucieuse de transmettre le savoir scientifique, elle cherche à le vulgariser auprès des jeunes dans des écoles primaires et d’un public adulte en publiant des articles dans un magazine de foresterie. Elle élargit maintenant ses outils avec une première: la conception d’une bande dessinée intitulée Voyage autour de la Terre: à la découverte des forêts!

Abandonner la vie sédentaire pour devenir nomade est un phénomène social intrigant, surtout quand on choisit de raconter cette aventure sur le web. La doctorante en sociologie Alexandra Schilte s’intéresse à ce nouveau nomadisme, volontaire, connecté et commandé par la recherche du plaisir et de l'accomplissement personnel. Pour la jeune chercheuse, le néo-nomadisme touche une diversité de thèmes: les rapports avec le travail, la technologie, le territoire, la notion de chez-soi, etc. En mai dernier, Alexandra Schilte a été invitée à prononcer une conférence sur ses travaux de recherche dans le cadre d’un colloque international se tenant en Belgique.

Candidats au doctorat en philosophie (concentration sciences cognitives), Mylène Legault et Jean-Nicolas Bourdon mènent leurs travaux en collaboration avec leur directeur de thèse, le professeur Pierre Poirier. Leurs recherches ciblent l’inclusion de la neurodiversité dans les modèles standards de la cognition humaine. Alors que le concept de sexe/genre s'est détaché de l'essentialisme biologique, les deux doctorants proposent de rejeter l'essentialisme en sciences cognitives, en concevant l'architecture cognitive comme émergeant d'un réseau de relations réciproques entre le cerveau, le corps et l'environnement, y compris culturel. Sensibilisés à l’importance de la vulgarisation, leur collaboration a débuté en avril 2018 par le lancement d’une bande dessinée hebdomadaire intitulée Aspigurl qui, sur un ton humoristique, traite du quotidien des personnes autistes.

Baptiste Bedessem a réalisé sa thèse en philosophie à l’UQAM et à l’Université Grenoble-Alpes. S’inscrivant dans le champ de l’épistémologie sociale, ses recherches interrogent la dynamique de formulation et de sélection collective des questions de recherche ainsi que la division du travail cognitif au sein des communautés scientifiques. Il s’intéresse aux différentes formes de participation citoyenne et à leurs conséquences dans l’élaboration des connaissances scientifiques. Qui doit décider, et comment, des grandes orientations prises par la recherche ? Comment faire participer différents publics aux prises de décision en matière de politiques scientifiques?

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE