Une patrouille à visage humain

La patrouille saisonnière est de retour pour la saison estivale sur le campus de l'UQAM.

18 Juin 2019 à 9H47

Les agents de la patrouille saisonnière sillonnent le campus central de mai à octobre.Photo: Nathalie St-Pierre

La patrouille saisonnière du Service de la prévention et de la sécurité (SPS) est de retour avec la belle saison sur les sites extérieurs de l'UQAM. «Ce sont des postes attribués chaque année qui sont convoités par les agents de sécurité, souligne Georges Kasserwani, directeur adjoint du SPS. Plusieurs aiment travailler à l'extérieur durant la saison estivale et ils sont animés du désir de venir en aide aux gens qui fréquentent le campus.»

L'objectif de la patrouille saisonnière est d'augmenter le sentiment de sécurité de la communauté universitaire et du grand public par une présence autour de nos pavillons sur le campus central et de veiller à l'application de la réglementation, souligne Georges Kasserwani. «Lors de la période estivale, il y a moins d'étudiants fréquentant le campus. Les agents interagissent davantage avec les résidents et les touristes qui y transitent.»

Au cœur du Quartier latin, on retrouve également des personnes marginalisées et en situation d’itinérance, des travailleuses du sexe, des consommateurs de drogue qui laissent parfois des seringues à la traîne, et leurs vendeurs. D'où l'importance, pour le Service de la prévention et de la sécurité, d’assurer une présence continue sur le territoire du campus.

Les agents de la patrouille saisonnière sont formés et encadrés par le Service de la prévention et de la sécurité. De nombreux organismes du quartier – dont Cactus et Spectre de rue, qui interviennent auprès des utilisateurs de drogues injectables (UDI), et la Maison du Père –, ainsi que le poste de quartier 21 du Service de la police de la Ville de Montréal collaborent à leur formation. «Notre objectif n'est pas d'expulser les gens de notre campus, mais de leur venir en aide en les référant aux organismes appropriés», précise le directeur adjoint.

Deux vies sauvées

En mai, les agents de la patrouille ont sauvé la vie d'une personne en situation d'itinérance qui était en arrêt cardiaque. «Ils ont effectué les manœuvres de réanimation cardio-respiratoire et ont utilisé un défibrillateur en attendant les premiers répondants», raconte Georges Kasserwani.

Les agents de sécurité ont également secouru une autre personne qui semblait victime d'une surdose. «Nos agents sont formés pour administrer la naloxone en cas de surdose de fentanyl, précise le directeur adjoint. Les services d'urgence ont pris le relais par la suite. La personne sauvée, qui avait effectivement consommé du fentanyl, est revenue quelques jours plus tard pour remercier nos agents.»

La patrouille saisonnière, qui a amorcé ses opérations en mai dernier, poursuivra ses activités jusqu'en octobre.

PARTAGER