Salles de classe haut de gamme

L’École des arts visuels et médiatiques se dote de salles de classe à la fine pointe de la technologie.

22 Octobre 2019 à 15H51

Baignés par la lumière naturelle, les quatre nouveaux locaux-ateliers de l'École des arts visuels et médiatiques sont dotés d’équipements de pointe afin de procurer un environnement propice à l’interdisciplinarité et à l’intégration des technologies numériques. 
Photo :Nathalie St-Pierre

L’École des arts visuels et médiatiques (ÉAVM) a revampé ses salles de classe. Baignés par la lumière naturelle, les quatre nouveaux locaux-ateliers sont dotés d’équipements à la fine pointe de la technologie afin de procurer un environnement propice à l’interdisciplinarité et à l’intégration des technologies numériques. Intitulé Confluence, ce projet d’envergure qui a redéfini les paramètres de la recherche-création au moyen d’une reconfiguration et d’une médiatisation des espaces de l’École a été réalisé grâce aux démarches collaboratives menées par le corps professoral et le personnel de soutien depuis sept ans.

Quatre nouveaux ateliers

Avec ses tables disposées de manière circulaire, le laboratoire-atelier informatique du cinquième étage (salle J-5105), aussi appelé labo-atelier de matérialisation du numérique, prend des airs de vaisseau spatial. Cette configuration inédite, fort différente de l’aménagement traditionnel des laboratoires informatiques, incite au travail collaboratif. Le local est agrémenté de zones ouvertes destinées à différentes expérimentations. L’imagerie de synthèse 3D côtoie les imprimantes 3D, les circuits électroniques et la programmation. Un atelier de réparation en libre-service propose une foule d’outils pratiques pour démonter ou réparer des appareils électroniques. La proximité des ateliers techniques de sculpture (bois, métal, matériaux de synthèse, façonnage, moulage, thermoformage, fabrication à commandes numériques, etc.) favorise, par ailleurs, le processus d’intégration entre disciplines artistiques.

L’atelier de création polyvalent (salle J-5290) est réservé aux étudiants du profil enseignement. Un projecteur multimédia, un ordinateur et un très large écran y sont installés. Un mobilier spécialisé a été fabriqué sur mesure: des tables mobiles de divers formats permettent d’expérimenter différentes approches pédagogiques ou la nature d’une production mise en œuvre. Des panneaux amovibles permettent par ailleurs de séparer les espaces pour travailler en petits comités. 

Destiné aux arts d’impression, le laboratoire de l’image imprimée grands formats (salle J-6020) se classe parmi les laboratoires spécialisés les mieux équipés en Amérique du Nord. Il prend place dans une aire ouverte équipée d’un mobilier spécialisé et d’une panoplie d’ordinateurs, d’imprimantes et de numériseurs en accès libre. On peut y préparer des matrices numériques pour différents procédés d’impression traditionnels et analogues (lithographie, sérigraphie, gravure). On peut y faire imprimer toutes sortes de publications en différentes formats et types de papier, y compris des livres d’art. L’imprimante de très grand format permet, par exemple, d’imprimer une photo numérique de 152 centimètres (60 pouces) de large. L’atelier d’impression est également muni d’outils de découpe et de montage pour l’image numérique et photographique.

L’atelier multifonction (salle J-6180) est doté d’un studio de tournage comprenant un écran à fond vert de type cyclorama, où il est possible de filmer des objets ou des scènes qui seront par la suite «incrustés» dans un décor cinématographique. Cette technique d’effets visuels, l’incrustation, consiste ainsi à intégrer, dans une même image, des objets filmés séparément. Depuis l’avènement de la vidéo numérique, le fond vert est utilisé pour son effet contrastant et pour obtenir une meilleure découpe des objets ou des personnages.

Le projet Confluence a été lancé par les professeurs de l’ÉAVM Michel Boulanger et Gisèle Trudel ainsi que par l’attaché d’administration Danny Bolduc (maintenant à la Faculté des sciences humaines). Au début du projet, Michel Boulanger et Gisèle Trudel étaient respectivement directeur et directrice adjointe de l’École. Leurs démarches ont été appuyées par leurs collègues Mario Côté et Éric Raymond, par la chargée de projet Lise-Anne Simard et par les attachés d’administration Benoit Durand-Jodoin (maintenant au Service de l’audiovisuel) et Frida Villarreal Diaz. Parmi les autres Uqamiens qui ont aussi offert leur soutien au projet, on compte Sandra Lachance, du Service de l’audiovisuel, Monique Régimbald-Zeiber, auparavant vice-doyenne à la recherche et à la création de la Faculté des arts, ainsi qu’Isabelle Bergeron et son équipe du Service des immeubles. Le professeur de l’ÉAVM Robert Saucier a été le maître d’œuvre de l’implantation des nouveaux locaux, tandis que son collègue Gwenaël Bélanger a contribué à la configuration du laboratoire de l’image imprimée.

La réfection des laboratoires-ateliers de l’ÉAVM a été réalisée grâce au financement du Fonds d’investissement stratégique pour les établissements postsecondaires (FIS) du ministère de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique du Canada, en collaboration avec le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec, la Faculté des arts, le Service des immeubles (SI), le Vice-rectorat aux systèmes d’information (VRSI) et le Service de l’audiovisuel (SAV).

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE