Des Uqamiens à la une de Nouveau Projet

Martine Delvaux et Gabriel Nadeau-Dubois font partie des personnalités marquantes des années 2010, selon le magazine.

18 Septembre 2019 à 11H39

Le numéro d’automne-hiver du magazine Nouveau Projet consacre sa une et un dossier étoffé à la décennie 2010 qui s’achève. Deux Uqamiens se retrouvent parmi les personnalités photographiées en couverture : la professeure du Département d’études littéraires Martine Delvaux et le diplômé Gabriel Nadeau-Dubois (M.A. sociologie, 2017) font partie, selon Nouveau Projet, de ces femmes et des ces hommes qui «ont décidé de prendre la parole ces dernières années, de donner l’exemple, de se mettre au service de la construction du Québec nouveau».

Martine Delvaux, qui enseigne la littérature et les théories féministes depuis 2014, a, au cours de la décennie, «publié pas moins de quatre essais et trois romans, tous portés vers la défense des droits des femmes», relève le magazine.

Co-porte-parole de Québec Solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois a d’abord été porte-parole de la CLASSE pendant les grèves étudiantes de 2012 et «n’a cessé de dénoncer les abus de pouvoir des dirigeants en place», rappelle Nouveau Projet.

Le dossier, qui couvre 465 idées, personnes, inventions, combats et prises de conscience qui ont marqué les années 2010, s’attarde à des sujets aussi divers que la crise climatique, les fausses nouvelles, le déclin du PQ et le téléphone intelligent. D’autres Uqamiens y ont contribué, dont le professeur du Département de science politique Francis Dupuis-Déri, qui écrit sur «La "crise de l’homme blanc"», son collègue chargé de cours Marc-André Cyr (M.A. histoire, 2005; Ph.D. science politique, 2018), qui parle du mouvement Occupy (ce dernier signe également un texte hors dossier sur l’histoire de «La lutte pour les garderies au Québec»), le professeur de l’École des médias Jean-Hugues Roy, qui s’est intéressé aux sujets abordés par le chroniqueur Richard Martineau à l’aide de la modélisation thématique, une méthode de traitement des données, et le rédacteur en chef lui-même, Nicolas Langelier (B.A. communication, 2001), qui signe plusieurs textes sur les années 2010.

Hors dossier, l’auteur Samuel Archibald (Ph.D. sémiologie, 2008), professeur au Département d’études littéraires, a produit un texte à la fois personnel et documentaire sur la dépression et sa dimension sociale.

Enfin, il est aussi question dans ce numéro du magazine de quatre Uqamiens qui font partie du mouvement des Originaux : Nathalie Maillé (B.A. danse/enseignement, 1992), directrice générale du Conseil des arts de Montréal et présidente du Conseil d’administration de l’UQAM, Hugues Sweeney (M.A. communication/multimédia interactif, 2005), producteur exécutif à l’ONF et cofondateur du studio des productions interactives, Pauline Gagnon (B.Sc. physique, 1978), qui a contribué à la découverte du boson de Higgs au Laboratoire européen pour la physique des particules (CERN), et le rédacteur en chef et fondateur de Nouveau Projet, Nicolas Langelier. Lancé par Philippe Meunier (B.A. design graphique, 1992), chef de la création chez Sid Lee, à l’occasion du 50e anniversaire de l’UQAM, le mouvement des Originaux regroupe des «ambassadeurs du futur qui osent emprunter d’autres chemins pour penser et construire le monde de demain». 

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE