Visite congolaise

Une délégation de la République démocratique du Congo était de passage dans le cadre d'un projet en éducation. 

18 Octobre 2019 à 9H20

Visite du laboratoire de micro-informatique de la Faculté des sciences de l'éducation.  Photo: Nathalie St-Pierre

Une délégation du ministère de l'Enseignement supérieur et universitaire (MESU) de la République démocratique du Congo était de passage récemment à l'UQAM. «La Chaire UNESCO de développement curriculaire travaille avec le MESU afin d'appuyer la réforme de la formation des enseignants en sciences et en mathématiques au secondaire, ainsi qu'en formation professionnelle et technique», explique le professeur du Département de didactique Patrick Charland, cotitulaire de la chaire avec son collègue Stéphane Cyr, du Département de mathématiques.

Le projet de réforme congolais, qui s'intitule Projet d'éducation pour la qualité et la pertinence des enseignements aux niveaux secondaire et universitaire (PEQPESU-ESU), est financé par la Banque mondiale. Des professeurs de l'UQAM se sont rendus à deux reprises en République démocratique du Congo au cours des deux dernières années; c'était maintenant au tour de quatre représentants congolais de traverser l'Atlantique pour un séjour en sol québécois afin de visiter différentes installations à l'UQAM et dans quelques centres de formation professionnelle du Grand Montréal.

Visite de la salle d'approche active de la Faculté des sciences de l'éducation. Photo: Nathalie St-Pierre

À l'UQAM, ils ont visité les laboratoires de microélectronique au Département d'informatique avec le professeur Guy Bégin, les collections de minéraux au Département des sciences de la Terre et de l'atmosphère avec le professeur David Widory, ainsi que le laboratoire de micro-informatique et la salle d'approche active dédiée à l'apprentissage par problèmes à la Faculté des sciences de l'éducation. Ils ont également pu échanger avec la professeure du Département d'éducation et formation spécialisées Annie Dubeau et ses collègues spécialistes du baccalauréat en enseignement en formation professionnelle et technique.

«Le partenariat entre la Chaire et le MESU se poursuivra au cours des prochaines années. Il s'agit maintenant de voir comment les réformes peuvent être implantées et comment nous pourrons soutenir les spécialistes congolais dans la formation des enseignants lors de cette transition», conclut Patrick Charland.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE