Danielle McCann à l'Enseignement supérieur

La ministre quitte le ministère de la Santé pour prendre la responsabilité de l’Enseignement supérieur.

23 Juin 2020 à 8H01

La ministre de l'Enseignement supérieur Danielle McCann.Photo: Gouvernement du Québec

Depuis longtemps, le milieu réclamait un ou une ministre dédié à l’enseignement supérieur. C’est maintenant chose faite. À la faveur d’un important remaniement ministériel, le premier ministre François Legault a nommé Danielle McCann, auparavant responsable du portefeuille de la Santé, ministre de l’Enseignement supérieur. Jean-François Roberge (B.Ed. éducation au préscolaire et enseignement au primaire, 1996) conserve le poste de ministre de l’Éducation. 

 «L’UQAM accueille positivement la nomination de madame Danielle McCann à titre de ministre de l’Enseignement supérieur et l’assure de son entière collaboration», indique la rectrice de l’UQAM, Magda Fusaro. Je salue également la décision gouvernementale de ne plus confier à un seul titulaire les dossiers de l’éducation et ceux de l’enseignement supérieur. Les enjeux universitaires, comme ceux des collèges, sont multiples, complexes et spécifiques. Le fait d’accorder aux universités une attention toute particulière est apprécié et permettra de renforcer leur contribution au développement de la société québécoise. Je profite de cette occasion pour remercier et souligner la collaboration du ministre de l’Éducation, monsieur Jean-François Roberge, au cours des deux dernières années.»

C’est le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, qui remplace Danielle McCann à la Santé.

Nadine Girault à l’Immigration

Lle remaniement ministériel a aussi été l’occasion pour le ministre Simon Jolin-Barrette de se voir confier le poste de ministre de la Justice. S’il conserve ses fonctions de leader parlementaire ainsi que les dossiers de la Langue française, de la Laïcité et de la Réforme parlementaire, c’est sa collègue Nadine Girault (M.B.A., 2003) qui le remplacera comme ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’intégration. À ce titre, elle sera donc responsable, entre autres, de la réforme du Programme de l’expérience québécoise (PEQ), un dossier qui touche de près le monde universitaire. Nadine Girault cumulera ses nouvelles fonctions avec son poste de ministre des Relations internationales et de la Francophonie. 

La diplômée a vu ses responsabilités s’élargir au cours des derniers jours. Le 15 juin dernier, Nadine Girault a été nommée coprésidente du nouveau groupe d’action contre le racisme créé par le premier ministre. Elle siègera également au comité des priorités de la relance économique, dirigé par le ministre des Finances, Éric Girard. Un autre diplômé, le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette (B.A. histoire, 2000), a aussi été nommé à cet important comité.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE